Résultats 1S / Macif : Macifilia creuse les pertes du groupe

    L’assureur mutualiste Macif creuse encore ses pertes au premier semestre à 44,5M d’euros. En cause, l’activité  en baisse de  sa filiale Macifilia.

    L’an dernier, les pertes du groupe s’élevaient à 26,5M d’euros au premier semestre. Passées à 44,5M, le trou s’est donc nettement creusé pour la même période cette année, causé notamment par un repli des cotisations de 6,2% à 2,8Mds d’euros. Au total, le chiffre d’affaires est en baisse de 6,2 à 2,85Mds d’euros.

    Interrogé par l’AFP, le directeur général délégué Jean-Marc Raby insiste sur « l’impact des difficultés rencontrées par la filiale Macifilia (en redressement) qui connaît un exercice particulièrement mauvais et charge le résultat IARD (dommage) du groupe ». Selon lui, l’exercice est chargé de 40 à 50M supplémentaires à cause de  Macifilia. La situation serait « en voie d’assainissement », a-t-il ajouté à l’AFP. Au début 2011, la Macif a changé sa stratégie pour Macifilia et a remplacé la directrice générale par Jean-Marc Raby. 

    L’épargne affiche un recul de 16,5%, par rapport à juin 2010. Dans un communiqué, le groupe explique cette réduction de la collecte par « un contexte d’incertitudes quant aux réformes fiscales de l’assurance-vie et de concurrence accrue des produits bancaires à court terme », tel que le livret A dont le taux est remonté au 1er août dernier à 2,25%. Mais le groupe reste satisfait du niveau de sa collecte  qui reste largement positive (rappelons que 2010 avait été une année record).

    Les secteurs dommage et santé/prévoyance s’apprécient de plus de 2%, le premier représentant plus de 50% des cotisations collectées par le groupe. Un « provisionnement important relatif au péril sécheresse » à hauteur de 30M d’euros, a été passé.

    La dette grecque affecte les résultats de 2,3M d’euros

    Affectant également les résultats de l’assureur mutualiste à hauteur de 2,3M d’euros, la dépréciation de 21% de la valeur des obligations de dette souveraine grecque possédées par le groupe dont l’échéance est antérieure à 2020, qui s’élève à 13,6M d’euros.

    La cession de la participation dans la société d’investissement OFI Private Equity Capital à Eurazeo a en revanche eu un impact positif de près de 7M d’euros sur le résultat net.

    Concernant la gouvernance, le conseil d’administration a décidé la création d’un comité d’éthique et surtout d’un comité de risque, complémentaire au comité d’audit afin de mieux répondre aux exigences de Solvabilité II.

    Partenariat

    La Macif confirme également son partenariat avec Ag2R-La Mondiale en assurances collectives santé et prévoyance, accueilli par la structure ICIRS Prévoyance, qui « a pour objectif de générer 170M d’euros de chiffre d’affaires nouvelles sur cinq ans. »

    Pour les perspectives, le groupe reste vigilent quant à la sécheresse et concernant la responsabilité civile, puisque la sinistralité corporelle lourde est « en relative aggravation » au premier semestre.  Concernant l’épargne, le mutualiste ne prévoit pas d’embellie à l’horizon mais plutôt « un certain attentisme » de la part des épargnants.