Résultat 2014 T1 : Bénéfice dégradé par les intempéries au Royaume-Uni pour Agéas

Héritage de Fortis et inondations au Royaume Uni entraînent une forte baisse du bénéfice net d’Agéas au premier trimestre 2014.

L’assureur belge Ageas a enregistré au premier trimestre un bénéfice net en chute, à 30M d’euros, affecté par les intempéries au Royaume-Uni qui ont pesé sur les activités d’assurance non-vie, et par des éléments financiers exceptionnels.

Le bénéfice net avait atteint 293M d’euros au premier trimestre 2013. La différence tient essentiellement à une perte nette du compte général de 115M d’euros, explique le groupe, contre un bénéfice net de 136M d’euros un an plus tôt.

Cette perte est due “à des éléments exceptionnels liés aux dossiers financiers hérités du passé“, notamment le passif RPN(I), un instrument financier lié à Fortis, explique le groupe. La société Ageas est en effet l’héritière du bancassureur belgo-néerlandais Fortis, démantelé pendant la crise financière et dont elle a récupéré un portefeuille d’actifs douteux à la valeur très volatile.

Le bénéfice net de l’assurance a atteint 145M d’euros, en repli de 7,6% sur un an. Au sein de cet ensemble, le résultat de l’assurance non-vie et des autres assurances a reculé de 49M d’euros à 16M d’euros, “essentiellement en raison des tempêtes et inondations au Royaume-Uni“, explique le groupe. “Le premier trimestre de l’année est traditionnellement celui où l’incidence des événements climatiques se fait le plus fortement sentir et 2014 ne fait pas exception à la règle“, a noté le patron du groupe, Bart De Smet, cité dans le communiqué.

L’Asie booste l’activité assurance

En revanche, les activités d’assurance vie, à 129M d’euros, ont connu une hausse de 19% par rapport à l’année dernière, “principalement grâce à l’amélioration des marges opérationnelles sur les contrats de placement à taux garanti en Belgique, à une baisse de la fiscalité en Belgique et en Europe continentale, et à un résultat en hausse en Chine“, explique le groupe.

Autre bonne nouvelle, les encaissements du groupe ont augmenté de 15% par rapport à la même période de l’an dernier à 7,8Mds d’euros, “largement portés par la croissance de l’encaissement de l’assurance vie en Asie“, qui a crû de 32%. La groupe, malgré un “trimestre difficile“, continuera de “mettre particulièrement l’accent sur le retour de la rentabilité de l’activité non-vie“, conclut M. De Smet.

(Avec AFP)