Réseaux d’opticiens : Itélis et Santéclair ont clos leurs appels d’offres

Itélis et Santéclair ont bouclé leur appel d’offres pour intégrer de nouvelles enseignes à leur réseau d’opticiens. Chacune a reçu environ 7000 candidatures. Un peu moins de la moitié sera sélectionnée dans les deux cas.

Les candidats à l’intégration des réseaux Santéclair et Itélis ont été nombreux, respectivement 7600 et 7000. Seuls 3050 seront retenus pour intégrer la filiale d’Allianz, Maaf-MMA, IPECA Prévoyance et la Mutuelle générale de la police. Ils seront également un peu plus de 3000 pour le réseau contrôlé en majorité par AXA et Humanis.

Les deux réseaux seront mis en place à partir du 1er janvier 2015 et concerneront un peu moins de 15 millions d’assurés (8,5 millions pour Santéclair et 6 millions pour Itélis).

ANI et contrats responsables : de nouvelles perspectives

A l’heure où les contrats collectifs vont se généraliser dans les entreprises, l’enjeu pour ces réseaux est de taille selon Emmanuel de Beauchesnes, associé du cabinet Kadris Consultants. “En collective, la passation des marchés au moyen d’appels d’offres est une procédure maintenant courante (…). Les complémentaires qui ne proposent pas de réseau conventionné dans leur réponse à une consultation, diminuent leurs chances d’être retenues.”

Pour autant, la refonte du cahier des charges des contrats responsables pourrait remettre en cause l’aspect différenciant des réseaux d’optique sur la seule question des tarifs. L’instauration d’un plancher et d’un plafond de remboursement devrait lisser les la concurrence sur l’optique. “Cela entraine pour les réseaux existants une obligation de peser sur les prix et d’imaginer de nouveaux services à valeur ajoutée. En particulier, des programmes de coaching ou de prévention sont, par exemple, particulièrement adaptés à une offre en entreprise. De même des services tels que la maintenance des matériels, des garanties constructeurs, des périodes d’essai gratuites, des facilités de paiement, sont autant de services qui pourront faire la différence” poursuit Emmanuel de Beauchesnes.