Prévention / Vol : Les assureurs s’allient avec la gendarmerie en Loire-Atlantique

Le groupement de gendarmerie et la chambre des agents d’assurance (AGEA) de Loire-Atlantique ont lancé jeudi une campagne de sensibilisation pour encourager particuliers et entreprises à mieux renseigner le fichier des objets volés avec un nouveau site internet ouvert à cet effet.

Il s’agit de les inciter à réaliser préventivement une liste des objets susceptibles de leur être dérobés, en s’aidant pour cela d’un formulaire téléchargeable sur le site www.objets-voles.fr, pour pouvoir en faire usage ensuite en cas de sinistre.

Le site explique en outre comment rassembler les pièces utiles pour justifier de la possession ou de la valeur des objets, à titre de précaution afin, en cas de vol, de pouvoir transmettre la liste la plus précise possible à la gendarmerie. Des conseils sur l’attitude à adopter en cas de vol sont également dispensés.

Des affiches vont être placardées dans le département, sur lesquelles on peut voir des tableaux, du matériel hi-fi ou des meubles précieux, disposés en file indienne sur le chemin menant à une maison avec le slogan: « Ils ne reviendront pas tout seuls… » suivi de: « Par une simple liste, aidez-nous à vous restituer vos objets volés! ».

Il s’agit d’augmenter la proportion d’objets restitués à leurs propriétaires ce qui peut aussi, à terme, engendrer des économies pour les assureurs, selon un communiqué de la gendarmerie. 

Selon les estimations de la gendarmerie, « si chaque foyer ou entreprise consignait sur un support la liste de ses biens les plus précieux, la probabilité de se les voir restituer en cas de vol doublerait ».

Si les objets volés sont retrouvés avant le remboursement par l’assurance, l’assuré est obligé de les reprendre. En revanche quand l’indemnité a été versée, les objets appartiennent en théorie à l’assureur: l’assuré a l’obligation d’informer son assureur qu’ils ont été retrouvés et peut « s’il le souhaite, récupérer la totalité ou une partie de ses biens en remboursant l’indemnité perçue ».

Nantes, 1 décembre 2011 (AFP)