Placements : CNP Assurances négocie le rachat de portefeuille de prêts à des banques

Le siège de CNP Assurances à Paris

Le premier assureur de personnes en France, CNP Assurances, négocie actuellement avec des banques le rachat de portefeuilles de prêts, a indiqué vendredi le directeur général adjoint, Antoine Lissowski, lors d’une conférence téléphonique, en marge de la présentation des résultats.

Cette démarche s’inscrit dans la volonté de CNP de restructurer son portefeuille de placements, en réduisant la part des actions et celle des obligations des Etats du sud de l’Europe, a expliqué M. Lissowski.
“Nous avons des ressources à long terme et les banques ont des problèmes de financement à long terme”, a résumé le numéro deux de CNP.

Dans la perspective de l’entrée en vigueur du nouveau cadre réglementaire dit Bâle III, les banques européennes, et françaises en particulier, cherchent, en effet, à sortir de leurs bilans des portefeuilles de prêts qu’elles gardaient jusqu’ici pour l’essentiel.

Cette stratégie, induite par l’évolution réglementaire et qui se rapproche du modèle anglo-saxon, doit leur permettre d’améliorer leurs ratios de fonds propres et de pouvoir continuer à prêter. Elle est réalisée essentiellement par voie de titrisation, les portefeuilles de prêts étant transformés en titres financiers qui sont ensuite revendus à des investisseurs, notamment des assureurs.
“On est prêt à racheter des prêts, mais on se méfie du risque de titrisation”, a prévenu M. Lisswoski, en référence au phénomène qui a démultiplié l’ampleur de la crise du “subprime”.

Pour se prémunir contre ces risques, CNP exige que ce ne soit pas la banque qui a consenti les prêts qui réalise la transformation en titres, “pour éviter une asymétrie de l’information”, et demande que la banque conserve une partie du risque lié à ces prêts, afin que les intérêts “restent alignés”.

Le rendement offert par ces portefeuilles est “plus intéressant que de l’obligataire”, a expliqué M. Lissowski, indiquant que les banques, désireuses de sortir rapidement ces portefeuilles de leur bilan, sont souvent prêtes à offrir des conditions avantageuses.