Ouragan : Irène pourrait avoir causé des dizaines de milliards de dollars de dégâts

Sur le plan matériel, l’ouragan qui a frappé les États-Unis ce week-end a en réalité créé plus de peur que de mal. Cependant, le coût des dégâts sera supporté en grande partie par les assurés.

Chutes d’arbres, de cheminées, inondations, coupures d’électricité, plus de 2M de personnes évacuées, et arrêt de nombreuses activités : au total, le coût des dégâts causés par l’ouragan Irène devrait s’élever à « des milliards de dollars, ou même à des dizaines de milliards de dollars », a estimé le gouverneur du New Jersey, Chris Christie, sur la chaîne NBC.

Pour Kinetic Analysis cependant, un cabinet d’experts spécialisés dans la modélisation des potentiels dommages causés par les intempéries, les dégâts ne devraient pas dépasser 10Mds de dollars, estimant qu’ils devraient probablement s’élever à 7Mds de dollars. Ainsi, bien que l’ouragan ait causé la mort de douze personnes, les dommages matériels sont relativement peu importants. En comparaison, l’ouragan Katrina avait fait plus de 100Mds de dégâts.

Les assurés devraient payer l’addition

L’ouragan pourrait constituer un nouveau coup dur pour les assureurs, déjà rudement malmené cette année par des conditions météorologiques particulièrement mauvaises. Une agence d’évaluation des compagnies d’assurances, AM Best, citée par l’AFP, a ainsi estimé que « le budget [des assureurs] pour les pertes liées aux catastrophes est déjà épuisé ».

Cependant, les assurés devraient avoir à supporter une part importante des coûts de cet ouragan. En effet, pour un expert de Kinetic Analysis cité par l’AFP, les seuls dommages directement liés au vent se résumeraient aux arbres et aux cheminées tombées : « la plupart des dégâts structurels seront dus à l’eau qui monte en raison des pluies et des inondations côtières, ce qui n’est pas couvert par les assurances privées ». De plus, selon l’AFP, de nombreuses compagnies d’assurances ont prévu, en raison notamment du nombre important de catastrophes naturelles cette année, que les assurés devraient couvrir un montant plus élevé des dommages que par le passé.

Les entreprises, les gouvernements, et la population devraient ainsi avoir à payer de leur poche une large partie des pertes causées par l’ouragan Irène. Si les catastrophes naturelles continuent à ce rythme, les assurés devraient de plus voir leur cotisations et leur franchise augmenter de manière significative.

(Avec AFP)