Mutualité : Le GCM dévoile son plan de redressement et sa présidente démissionne

Le GCM présente son plan de redressement et sa présidente annonce qu’elle quittera ses fonctions après le prochain conseil d’administration, en septembre.

A l’occasion d’un point presse, organisé par la présidente du GCM, Sandra Cammilleri-Allais, ce lundi 13 mai, le plan de redressement du Grand Conseil de la Mutualité a été dévoilé.

Ainsi comme le TGI s’est prononcé le 7 mai dernier en faveur de la continuité des activités du GCM, la mutuelle a dix ans pour apurer ses dettes.

Le plan de redressement est fondé sur cinq axes : 1) l’élaboration et la mise en œuvre de projets territoires, 2) la professionnalisation du fonctionnement, 3) la poursuite du recentrage sur les cœurs de métier, 4) l’approfondissement de la relation avec les collectivités publiques, 5) et l’élargissement des liens avec le mouvement mutualiste. “En résumé on peut donc affirmer que ce plan est ambitieux mais crédible. Il repose bien entendu, d’une part, sur la réalisation des actifs immobiliers et, d’autre part, sur le succès de la mise en place des territoires, à réaliser le volume d’activité programmé tout en maîtrisant ses charges, ce qui suppose la persistance de la mobilisation qui a pu être constatée de la part d’une grande partie du personnel pendant la période d’observation ainsi que la mise en œuvre jusqu’à leur terme de toutes les mesures contenues dans le plan”, explique la Présidente.

En parallèle de l’exposé de ce plan, Sandra Camillieri-Allais annonce passer la main et l’explique : “Usée par les toutes les batailles que j’ai dû mener, il est temps pour moi de laisse la place, dans le souci de la transition que j’ai toujours eu à l’esprit. Ni attachée à une fonction, ni à un mandat, je milite au contraire pour le renouvellement des instances et l’alternance, indispensables pour attirer les énergies militantes. Je mets donc mes actes en phase avec mon discours. Ceux qui me connaissent ne seront pas étonnés. Je resterai pour passer le relais jusqu’à la prochaine assemblée générale de la rentrée de septembre où je ne renouvellerai pas mon mandat au sein du Conseil d’administration du Grand Conseil”.