Marée noire : Le coût de protection sur la dette de BP atteint des sommets

Le coût pour s’assurer contre un défaut de paiement du groupe britannique BP a atteint des sommets mercredi, alors que la société reste sous le feu des critiques aux Etats-Unis.

Le coût de son CDS (« credit default swap ») à cinq ans, contrat d’assurance au cas où la société ferait défaut à cet horizon, est monté à 625,3 points de base (soit 6,253% du montant de la dette concernée) mercredi à la mi-journée, selon des données transmises par la société spécialiste de l’information sur le crédit CMADataVision, contre 506,1 points de base mardi.

Le 22 avril, jour où une plate-forme pétrolière que le groupe exploitait a sombré dans le golfe du Mexique, il avait fini à 42,7 points de base. Pour un investisseur, se protéger des risques de défaut de la dette de BP coûtait donc environ 20% de plus mercredi que la veille, et près de 14 fois plus cher que deux mois auparavant.

Le président Barack Obama recevait mercredi matin à la Maison Blanche les dirigeants de BP pour les sommer notamment d’indemniser des victimes de la marée noire. Le groupe a accepté de placer 20Mds de dollars sur un compte bloqué destiné à dédommager les victimes de la marée noire dans le golfe du Mexique, a indiqué mercredi à l’AFP une source proche du dossier, confirmant une information du New York Times.

Mercredi, l’agence de notation financière Fitch avait abaissé de six crans de la note de crédit à long terme. « On est en train de voir une offensive politique contre une compagnie, offensive qui est en train de la détruire. L’acharnement détruit sa base de capitalisation boursière. C’est de bonne guerre que les gens exposés à la dette de BP essaient de se protéger et achètent des CDS », a estimé Gregori Volkhine, de Meeschaert New York.

New York, 16 juin 2010 (AFP)