Marché : Prudential confirme la renégociation du rachat d’AIA avec sa maison-mère AIG

L’assureur britannique Prudential a confirmé vendredi qu’il était en train de renégocier le rachat d’AIA, filiale asiatique de son concurrent américain AIG, à la suite d’informations de presse indiquant qu’il tentait de faire baisser le prix de cette acquisition record.

« Nous avons pris note des récentes spéculations de presse au sujet de discussions entre Prudential et AIG. Nous confirmons que des discussions concernant l’état de la transaction (le projet de rachat d’AIA, ndlr) se sont déroulées entre Prudential et AIG, et sont toujours en cours », a précisé Prudential, dans un communiqué publié avant l’ouverture de la Bourse de Londres.

« Ces discussions pourraient, ou ne pourraient pas, déboucher sur une modification des conditions du rapprochement entre AIA et Prudential », a ajouté l’assureur britannique, dans ce bref communiqué. « Si nécessaire, une nouvelle annonce sera faite », précise-t-il. Le Wall Street Journal et le Financial Times ont rapporté jeudi dans leurs éditions en ligne que Prudential discutait avec AIG en vue de faire baisser le prix de 35,5Mds de dollars (53,24Mds d’euros) qu’il avait négocié avec AIG pour le rachat de sa filiale AIA, qui regroupe les activités de l’assureur américain en Asie.

Selon les deux quotidiens, ces discussions ont été précipitées par l’opposition croissante des actionnaires de Prudential à cette acquisition record, et l’augmentation de capital géante (21 milliards de dollars) que l’assureur prépare pour la financer, beaucoup jugant le prix convenu avec AIG trop élevé et l’opération trop risquée. D’après le FT, Prudential espère réduire le montant de l’acquisition d’AIA de 5Mds environ, à 30Mds de dollars. Mais toute révision de l’accord de rachat nécessitera le feu vert du gouvernement américain, actionnaire d’AIG à 80%.

La cotation des actions de Prudential avait été suspendue ce vendredi à la Bourse de Hong Kong, où l’assureur est coté depuis mardi, en attendant la diffusion du communiqué. L’acquisition d’AIA, filiale asiatique de l’assureur américain AIG, annoncée début mars, est la plus coûteuse jamais lancée dans l’histoire du secteur de l’assurance, et nécessitera l’augmentation de capital la plus importante jamais réalisée par une entreprise britannique.

Elle est censée propulser Prudential au rang de leader international de l’assurance-vie en Asie, lui donnant les clefs d’une région présentant un énorme potentiel de croissance. Mais l’opération suscite beaucoup d’inquiétudes parmi les investisseurs, une grande partie d’entre eux jugeant la transaction trop chère voire trop risquée. Cette semaine, le cabinet de conseil RiskMetrics avait recommandé aux actionnaires du groupe de s’opposer au rachat, jugeant son prix trop élevé au vu des synergies espérées. Selon les termes de l’accord conclu avec AIG, le projet de rachat devra être approuvé avec au moins 75% des voix par les actionnaires de Prudential, lors d’une assemblée générale extraordinaire prévue le 7 juin.

LONDRES, 28 mai 2010 (AFP)