Livret A : Le Maire veut mettre en place un taux plancher

0
épargne

Le ministre de l’Economie et des Finances Bruno Le Maire a annoncé jeudi qu’il souhaitait introduire un “taux plancher de 0,5%” pour le livret A, produit d’épargne le plus répandu en France.

Je veux une règle beaucoup plus simple de calcul de ce taux, ce sera la moyenne du taux d’inflation et des taux d’intérêts“, a déclaré le ministre sur BFMTV et RMC.

Mais “je souhaite surtout qu’on mette un taux plancher qui sera à 0,5% pour garantir aux millions d’épargnants qui ont un livret A que quelle que soit la situation des taux, quel que soit le niveau de l’inflation, la rémunération du livret A ne baissera jamais en dessous de 0,5%“, a-t-il ajouté.

M. Le Maire a par ailleurs indiqué que l’engagement du gouvernement de le maintenir sur les deux prochaines années à 0,75% serait “tenu“.

En 2017, le livret A, dont les fonds servent essentiellement à financer la construction de logements HLM, a connu sa meilleure année de collecte nette depuis quatre ans, celle-ci s’établissant à plus de dix milliards d’euros.

Le calcul du taux de rémunération de ce placement réglementé fait toutefois figure de casse-tête pour les autorités, dans un environnement de taux d’intérêts très bas : d’un côté, les épargnants voient d’un mauvais oeil tout abaissement ou stagnation du taux, de l’autre les assureurs peinent à garantir la rémunération d’un placement où les fonds peuvent être retirés à tout moment et sans conditions.

La Banque de France avait annoncé à l’été 2016 une modification des règles de calcul utilisées pour déterminer cette rémunération. La nouvelle formule se fonde comme par le passé sur l’évolution de l’inflation hors tabac et des taux sur le marché monétaire, mais prend désormais en compte des données lissées sur six mois afin de limiter les effets de volatilité.

Mais pour son baptême du feu l’été dernier, l’institution monétaire française avait finalement choisi, “dans une optique de stabilité“, de maintenir le taux inchangé et de ne pas suivre cette nouvelle formule qui aurait dû aboutir à un relèvement du taux à 1% en raison d’une remontée de l’inflation.

Depuis la création du Livret A en 1818, sa rémunération n’a jamais été inférieure à 0,75%.