Le nouveau président de Generali Cesare Geronzi sera moins bien payé que Bernheim

Le nouveau président de l’assureur italien Generali, Cesare Geronzi, sera moins bien payé que son prédécesseur, le Français Antoine Bernheim, affirment jeudi plusieurs quotidiens italiens.

M. Geronzi touchera un salaire annuel d’environ 3,3 millions d’euros, soit le salaire qu’il percevait pour son précédent poste de président de la banque d’affaires Mediobanca, indique le quotidien La Repubblica, qui ajoute que M. Geronzi avait réclamé initialement 3,6 millions.

M. Bernheim a empoché de son côté environ 4,8 millions d’euros au titre de l’exercice 2009, selon le rapport annuel du groupe.

Interrogé, Generali n’a pas confirmé la rémunération de M. Geronzi.

Selon le quotidien Il Sole 24 Ore, certains membres du conseil d’administration, qui s’est réuni mercredi pour approuver les comptes du premier trimestre, auraient souhaité une réduction plus importante, “ce qui explique l’abstention de trois administrateurs (représentant) Assogestioni”, association rassemblant les sociétés de gestion d’actifs opérant en Italie.

M. Bernheim, qui est devenu président honoraire du groupe, bénéficiera de son côté de “certains avantages” matériels mais ne touchera pas de salaire pour cette fonction, ajoute Il Sole.

Antoine Bernheim, âgé de 85 ans, a été remplacé fin avril à la présidence de Generali par M. Geronzi. Président de Generali depuis 2002 après avoir déjà occupé ce poste de 1995 à 1999, le financier français avait dénoncé son éviction par Mediobanca, premier actionnaire de la compagnie d’assurances.

Milan, 13 mai 2010 (AFP)