Le chiffre d’affaires de l’assurance rebondit de 9% en 2009 en France

Le chiffre d’affaires du secteur de l’assurance en France a augmenté de 9% en 2009, après une année 2008 morose, à 199,5 milliards d’euros, un rebond essentiellement dû au redémarrage de l’assurance vie, annonce la Fédération française des sociétés d’assurance (FFSA) mardi.

Les assureurs restaient sur deux années de baisse, dont une très marquée (-6,4%) en 2008.

Dans le détail, si l’assurance dommage a affiché une progression mesurée de 1%, à 45,2 milliards, l’assurance de personnes a bondi de 11%, à 154,3 milliards.

Elle a profité du retour des épargnants vers l’assurance vie, dont la collecte a augmenté de 12%, pour atteindre 137,5 milliards d’euros. Après avoir souffert de la crise financière, qui avait poussé les épargnants vers des produits financiers à plus court terme, l’assurance vie a profité du rebond des marchés et de la forte baisse du taux de rémunération du Livret A.

L’assurance vie doit le rebond de sa collecte essentiellement aux contrats en euros, qui garantissent que les fonds placés ne baisseront pas. La collecte sur ces contrats a augmenté de 17%, alors que celle sur les contrats dits en unités de compte, moins sûrs, a baissé de 10%.

Sur l’ensemble des contrats, la collecte nette (versements moins prestations) est en hausse de 80%, à 51,1 milliards. Bien que s’étant fortement redressée, elle reste inférieure à celle des années fastes qu’ont été 2005, 2006 et 2007.

Au total, l’encours d’assurance vie en France s’établit à 1.234 milliards d’euros, en hausse de 10%.

En assurance dommages, la hausse modérée de 1% est entièrement attribuable au segment des particuliers, qui a connu une progression de 2%, tandis que la partie entreprises a stagné.

Par branche, c’est l’assurance habitation qui a tiré l’ensemble avec une augmentation de 4,5%, alors que l’automobile, qui reste le poids lourd de l’assurance dommages, a accusé un repli de 0,5%.

En assurance dommages, l’année 2009 a correspondu à une forte augmentation de la charge des sinistres (+10%), qui a atteint 35 milliards d’euros.

Ce bond est lié aux conséquences de la tempête Klaus, dont la facture se monte à 1,68 milliard d’euros, mais aussi à une augmentation des événements climatiques d’ampleur modérée, à une hausse des accidents de la route, ainsi que du coût des réparations et des indemnisations.

Les sinistres automobiles ont ainsi progressé de 8%, tandis que la fréquence des incendies en habitation a connu une hausse de 15%, de même que celle des vols en habitation.

Paris, 26 jan 2010 (AFP)