La Mutualité Française veut un véritable groupe hospitalier

Dans un entretien donné au quotidien Les Echos, Jean-Pierre Davant, le président de la Mutualité Française, annonce la création d’un vrai groupe hospitalier. A moins d’un an de la fin de son mandat, ce dernier propose la formation d’un groupe de cliniques (une cinquantaine d’établissements mutualisés environ). L’homme vise également à baisser le coût de la prise en charge des maladies chroniques.

Jean-Pierre Davant a révélé il y a quelques jours dans une interview au journal les Echos, qu’il voulait créer avec la Mutualité Française dont il est le président « un véritable groupe à capitaux français issus de l’économie sociale ». A quelques mois de la fin de son mandat, l’intéressé désire donc faire évoluer l’offre hospitalière « afin que chaque métropole soit dotée d’un établissement susceptible de peser sur les tarifs dans sa région ».

Le responsable ajoute que « ce groupe comprendra une cinquantaine de cliniques dans un premier temps », et souligne que la Mutualité Française est susceptible de racheter des établissements par la suite.

Dans son intervention, Jean-Pierre Davant déclare aussi qu’il veut régler le problème des dépassements d’honoraires notamment en matière d’hypertension artérielle. Le but est de « réguler la prise en charge et d’améliorer la qualité du suivi médical ». Il compte lancer une expérimentation à ce sujet qui « respectera les rôles respectifs de l’assurance-maladie obligatoire et des complémentaires » selon ce dernier.

Toujours d’après les propos de ce dernier, cette expérimentation agira à la base sur les facteurs de risque ainsi que sur l’observance des traitements. Cependant, il n’est pas question d’une révolution médicale selon lui, mais de rendre plus fonctionnelles et efficaces dans les méthodes existantes. « D’après nos calculs, ce programme pourrait se traduire, pour l’assurance-maladie, par une économie cumulée de 700 euros sur 5 ans par patient » conclue-t-il.