Justice : L’ex-patron d’AIG Hank Greenberg, débouté de sa plainte contre la Fed de New York

L’ex-patron historique d’AIG, Hank Greenberg, a été débouté de sa plainte contre la Réserve fédérale américaine à qui il réclamait 25 milliards de dollars, l’accusant de l’avoir spolié en nationalisant l’assureur au bord de la faillite pendant la crise.

“La motion de la Fed de New York pour annuler la plainte est accordée entièrement. Starr (la holding de M. Greenberg, ndlr) est débouté entièrement de toutes ses accusations”, précise le jugement du tribunal de Manhattan rendu lundi.

“La Fed de New York est correcte quand elle affirme que les mesures” qu’elle a prises pendant la crise en opérant une nationalisation à 80% d’AIG “s’inscrivent dans le cadre de ses statuts, qui comprennent le pouvoir de prendre des actions de prêts d’urgence”, argumente le tribunal.

La plainte de Starr, déposée il y a un an, affirmait que dans les jours ayant suivi la faillite de Lehman Brothers en septembre 2008 et alors qu’AIG était à son tour menacé de banqueroute, le gouvernement n’avait pas “fourni à l’assureur les aides à la liquidité fournies à d’autres entreprises” comme Citigroup.

Au lieu de cela, la Fed de New York a “pris une série de mesures qui ont abouti à une prise de contrôle de l’entreprise et de 80% des actions d’AIG, sans dédommagement équitable” pour ses actionnaires, ajoutait la plainte.
Le Trésor avait rétorqué que “le gouvernement avait fourni des aides à AIG et l’avait empêché de (faire faillite) afin d’empêcher un effondrement de l’ensemble du système financier”.

Le gouvernement est intervenu pour empêcher AIG de faire faillite le 16 septembre 2008, au lendemain de la faillite de Lehman Brothers, estimant qu’une faillite d’AIG déstabiliserait encore plus le système financier mondial.

Au total, le sauvetage de l’assureur s’est traduit par l’injection de 181 milliards de dollars de fonds publics. La Fed a annoncé fin août que l’opération lui avait finalement rapporté 17,7 milliards de dollars net, profit qui doit être reversé pour l’essentiel au Trésor.