Investissement : Axa France va partager des prêts d’entreprises avec Société Générale et Crédit Agricole

Axa France va investir dans les moyennes entreprises via la Société Générale et les système de prêt. Ce modèle, utilisé parfois pour les grandes entreprises ou aux Etats-Unis, permet de varier les investissements pour l’assureur français, qui s’engagera dans la même voie avec le Crédit Agricole.

« Bâle III pour les banques et Solvabilité II pour nous nous rapprochent du modèle américain » explique Nicolas Moreau, PDG d’Axa France.
Le modèle américain en question porte sur les crédits aux entreprises, partagés entre les banques et les assureurs.

Là où le modèle habituel français prévoit que la banque prête simplement à l’entreprise, un nouveau modèle de partage de crédit existe. Assez simplement, l’assureur prête des fonds avec un taux d’intérêts défini, sur une période également définie.

Axa va se lancer dans cette « autre » activité aux côtés de la Société Générale et du Crédit Agricole. L’intérêt est de pouvoir permettre aux clients des banques de trouver des financements quand les banques peinent à remplir leurs obligations. Pour l’assureur, c’est une autre façon d’investir son argent. Les assureurs ont beaucoup d’argent à investir et « c’est une solution intermédiaire. Les PME ont besoin d’investissements alors que les banques ont ralenti les crédits » détaille encore Nicolas Moreau.

Autre point intéressant pour l’assureur, les placements se font avec son accord, et occasionnent des rendements supérieurs dans un environnement de taux d’intérêts bas comme c’est le cas actuellement. « En clair, les banques vendent les prêts et les assureurs portent le risque ». Reste que par rapport au modèle américain cité, les proportions devraient rester à moins de 50% pour les assureurs.

Ainsi, Axa a prévu une dotation de « 500 millions à 1 milliard d’euros ». De son côté, la Société Générale a prévenu qu’elle investirait entre « 30 et 100 millions d’euros » dans des entreprises au chiffre d’affaires supérieur à 250 millions d’euros. Et le partage du prêt se fera sur cette somme, par un système de fond dédié selon Axa.