Intégration Fortis : BNP annonce la suppression de 750 postes sur 3 ans

Quelque 750 emplois seront supprimés sur trois ans en Belgique dans le cadre de l’intégration de la banque belge Fortis à la française BNP Paribas, sans départ contraint, a annoncé mardi à Bruxelles le directeur général de la banque Baudouin Prot.

“750 emplois seront supprimés en trois ans sur la base du turn over et des départs volontaires”, a déclaré à la presse Baudouin Prot, à l’occasion de la présentation aux investisseurs du plan d’intégration de Fortis Banque, rebaptisée BNP Paribas Fortis.

2.000 fonctions disparaîtront, compensées par la création de 700 postes dans la banque commerciale et 550 dans de nouveaux centres de compétences de niveau européen ou mondial créés à Bruxelles, a précisé Jean-Laurent Bonnafé, directeur général délégué de BNP Paribas chargé du processus de rapprochement.

Ces chiffres avaient déjà été dévoilés début novembre par le syndicat belge CGSLB.

La banque continuera à recruter, au rythme de 1.500 embauches annuelles, a affirmé M. Prot.

L’intégration de la banque belge Fortis devrait permettre à la banque française de dégager des synergies de 900 millions d’euros par an à partir de 2012, a par ailleurs annoncé BNP Paribas dans un communiqué.

L’essentiel proviendra d’une réduction des coûts de 850 millions, grâce à des économies d’échelle et à une rationalisation de l’activité “portant sur l’organisation, les systèmes d’information, les locaux, les achats et les ressources humaines”, selon le communiqué.

Fortis Banque SA emploie 37.000 personnes dont 18.000 en Belgique et 2.000 en France.

La banque française avait définitivement acquis le 12 mai 75% de Fortis Banque, nationalisée en octobre 2008. Elle présentait mardi aux investisseurs le plan détaillé d’intégration sur trois ans de la banque, rebaptisée depuis BNP Paribas Fortis, et ses implications pour le groupe dans son entier

Paris, 2 décembre 2009 (avec AFP)