Indicateur : Le e-commerce progresse dans le secteur de l’assurance

Selon le 1er baromètre Direct Assurance des Cyberconsommateurs, le e-commerce est en plein développement dans le secteur de l’assurance. L’étude, réalisée par l’IFOP pour la compagnie en ligne, montre également que les internautes sollicitent de plus en plus les services de la banque et de l’assurance pour la consultation et la demande de devis.

Ce 1er février 2011, Direct Assurance publiait son 1er Baromètre des Cyberconsommateurs, une étude visant à mieux comprendre les comportements des internautes qui achètent sur la toile. A travers cette enquête, on a pu apprendre que 82% de ces internautes sont des cyberconsommateurs et que 61% d’entre eux sont des acheteurs réguliers (un achat via internet au moins une fois par mois). Toujours selon cette étude, les détenteurs de smartphones sont de loin les plus gros consommateurs d’Internet avec des scores systématiquement supérieurs à 74%.

L’étude révèle également que 96% des cyberconsommateurs se connectent avant tout pour s’informer puis pour comparer (61%). L’assurance (à 34%) arrive au 6ème rang des produits et services qui, avant souscription, font l’objet d’une comparaison quasi systématique sur internet.

Le secteur de l’assurance en progression

Le baromètre met aussi en exergue le fait que l’assurance est un des secteurs auxquels profite le e-commerce. Le e-tourisme et les produits culturels sont les services les plus prisés des cyberconsommateurs, de leur côté, la banque et l’assurance sont plébiscités pour la consultation et la demande de devis. 8 internautes sur 10 consultent leur compte bancaire par le net. Plus de la moitié y effectue des virements et près d’un tiers demande des devis d’assurance ou de mutuelle en ligne.

Direct Assurance (600.000 clients en portefeuille) prend exemple sur ses assurés pour confirmer cette tendance, puisque aujourd’hui, 55% des nouveaux clients de la compagnie sont issus d’internet (contre 35% en 2007 et 14% en 2001).

« La plus récente de ces évolutions est bien sûr l’arrivée et la montée en puissance d’Internet puisque le Web est d’ores et déjà à l’origine de plus de la moitié des affaires souscrites chez Direct Assurance. Pour autant, l’assurance directe ne bénéficie pas encore du levier Internet dont profitent largement d’autres secteurs économiques », déclare Yves Masson, PDG de Direct Assurance. Et ce dernier de rajouter qu’ « il est très important d’en comprendre les causes et d’anticiper les facteurs de développement des e-services auquel le marché de l’assurance n’échappera pas. »