Groupama prévoit désormais son introduction en Bourse avant une acquisition

L’assureur mutualiste Groupama envisage désormais de s’introduire en Bourse avant de réaliser une acquisition importante, alors que le scénario prévu était jusqu’ici inverse, a indiqué mercredi son président Jean-Luc Baucherel.

Groupama, qui a publié mercredi un bénéfice quasiment doublé en 2009 à 620 millions d’euros, n’a pas encore arrêté le calendrier de l’opération, a-t-il ajouté.

“Les conditions économiques actuelles nous incitent à changer le mode opératoire imaginé il y a quatre ans”, lorsque le conseil d’administration avait autorisé Groupama à organiser son introduction en Bourse, a déclaré M. Baucherel, en marge de la présentation des résultats annuels.

Pour le président de l’assureur mutualiste, “c’est une attitude de bon sens étant donné le coût et la rareté des financements relais”, qui auraient pu permettre à Groupama de procéder à une acquisition importante avant de s’introduire en Bourse dans un second temps.

Pour autant, si Groupama est “prêt techniquement” à entrer en Bourse, “les modalités et la période de cette ouverture ne sont pas définies”, a précisé M. Baucherel, ajoutant qu’aucune banque n’a, à ce jour, été mandatée pour mener à bien cette opération.

Outre la question du financement, ce changement de stratégie doit permettre à Groupama de saisir plus promptement les opportunités d’acquisition qui pourraient se présenter dans les mois à venir. “Le marché de l’assurance va se concentrer, on en est persuadé”, a assuré M. Baucherel.

Le relèvement des exigences en fonds propres imposé aux banques par la réforme de la régulation en cours devrait inciter celles-ci à “délaisser leurs activités d’assurance sans abandonner la distribution des produits d’assurance”, estime M. Baucherel.

Les banques n’assureraient donc plus la confection des produits d’assurance, comme c’est le cas de nombreux acteurs français aujourd’hui, mais uniquement la commercialisation.

Dans cette optique, “Groupama doit donc être prêt à saisir un certain nombre d’opportunités qui pourraient s’offrir dans les trimestres à venir”, selon M. Baucherel.

Mais le groupe mutualiste estime néanmoins que “ce serait prématuré de faire de grosses opérations dans les prochaines semaines”, a fait valoir son directeur général Jean Azéma.

Paris, 17 fév 2010 (AFP)