Grands risques : Les directions générales de plus en plus impliquées dans le choix du système d’information

L’association pour le management des risques et des assurances de l’entreprise (Amrae) vient de publier son panorama des systèmes d’information de gestion des risques dans un marché de plus en plus ouvert. Les directions générales s’impliquent dans les appels d’offre et les choix, tandis que le marché français reste dynamique.

Les éditeurs de systèmes d’information de gestion des risques sont de plus en plus nombreux et participent à un nombre croissant d’appels d’offres, selon le dernier “Panorama des SIGR” que publie l’Amrae.

Dans son enquête menée avec le cabinet Accenture, l’association présente “un marché en croissance” selon les dires des répondants. Les appels d’offre (AO) sont plus fréquents dans le secteur des grands risques et les entreprises sont à la recherche de systèmes de plus en plus complets. Le panorama révèle en outre que les appels d’offre émanent à 42% de la direction générale des entreprises, dans laquelle se retrouvent la direction des risques et la DSI, les plus souvent citées comment étant à l’origine des démarches.
D’autant que selon l’enquête, dans plus de deux tiers des cas (69%), l’AO concerne plusieurs départements de l’entreprise, ce qui peut expliquer une “vision transversale” portée par la direction générale. Logiquement, le directeur général est impliqué dans le choix du SIGR dans 60% des cas, avec les directeurs des risques (98%), de l’audit interne (72%) et des systèmes d’information (65%).

La typologie des sociétés équipées de SIGR peut-expliquer ces divergences : 70% des grandes entreprises possèdent un système, contre 39% des petites et moyennes structures. 31% sont des entreprises uniquement françaises et 59% sont organisations internationales. L’effet de taille et la diversité des implantations et des risques jouent donc dans le choix de l’équipement. D’autant que la part des entreprises de l’industrie et des services atteint 59% des secteurs possédant des systèmes dédiés à la gestion des risques, quand banque et assurances comptent pour 19% chacun.

Un marché français des systèmes d’informations de gestion des risques dynamique

Le marché français, selon le panorama, est “dynamique“. Celui-ci est marqué par une proportion de 29% des projets réalisés en France dans l’année, selon les éditeurs répondants à l’enquête. Au global, la moyenne sur plusieurs années passe à 10% de l’activité réalisée en France.

Pour ce panorama 2014, l’Amrae note une plus forte participation des sociétés proposant des solutions de gestion des risques avec 43 participants, soit 6 de plus qu’en 2012 (16%). 16 sociétés répondaient pour la première fois aux questions du panorama. Si les grands groupes restent bien représentés, avec 12 répondants dépassant les 500 salariés, les petits acteurs sont nombreux et constituent une large part des nouveaux entrants. Ainsi 20 sociétés comptent moins de 100 salariés, 16 d’entre elles n’ont pas plus de 40 collaborateurs. Celles-ci s’illustrent d’ailleurs par leur implication dans cette activité. En général, elles déclarent que 80 à 100% des effectifs travaillent sur le SIGR.

Par ailleurs, l’Amrae poursuit ses travaux à destination des risks managers et sortira, en juin prochain, une revue à destination de ses membres et des lecteurs intéressés par le “risk management”. Baptisée Atout Risk Manager, cette revue devrait être trimestrielle.

Vous pouvez retrouver cette nouvelle publication de l’Amrae en cliquant ici ou sur le site de l’association.