Grands risques : le Costa Concordia couvert par trois assureurs

L’italien Generali, le britannique RSA et le bermudien XL figurent parmi les assureurs du paquebot Costa Concordia, dont le naufrage vendredi sur la côte italienne a fait au moins 11 morts, a appris mardi l’AFP de sources concordantes.

En revanche, les trois assureurs ne sont engagés que pour les dommages subis par le navire lui-même, mais ne sont pas concernés par la couverture des dommages occasionnés aux passagers, selon les mêmes sources.

« Couvrir ce type de risque fait partie de nos activités. En même temps, une prudente politique de réassurance limitera l’impact net de ce sinistre spécifique à un niveau contenu », a indiqué un porte-parole de Generali.

Interrogés par l’AFP, XL et RSA se sont refusé à tout commentaire. La couverture du Costa Concordia a été mise en place par le courtier américain en assurance Aon, selon des sources concordantes. Contacté par l’AFP, Aon n’a pas souhaité commenter l’information.

Sur le plan de la réassurance, la couverture serait notamment prise en charge par l’allemand Hannover Re, selon une source industrielle. Le croisiériste américain Carnival, propriétaire du navire, a indiqué lundi que le Costa Concordia était couvert par une assurance spécifique, avec une franchise d’environ 30M de dollars.

Le groupe était aussi couvert pour les dommages infligés aux tiers, avec une franchise de l’ordre de 10M de dollars « pour cet incident », a-t-il précisé.

Selon une source proche du dossier, le navire était assuré à environ 405M d’euros sur le seul marché londonien.

Paris, 17 janvier 2012 (AFP)