GENERALI: les “actionnaires activistes” font grimper le titre

    Generali assurancesLe titre de l’assureur italien Generali fait un bond de 5,13% à 32,77 euros à la Bourse de Milan, et ce malgré un rappel à l’ordre musclé de l’un de ses actionnaires, le hedge fund anglais Algebris, hier. Cette filiale de TCI a réclamé au groupe d’assurance italien de procéder à des changements drastiques dans son mode de gouvernance par voie de presse. Mais comme l’explique l’hebdomadaire belge “Trends Cash”, Generali a profité de ce rappel à l’ordre public puisque son titre a gagné jusqu’à 4,5% hier à la Bourse de Milan et qu’il continue sa progression aujourd’hui.

    De sources de marchés, on a également appris que Cheuvreux ne voyait pas d’un mauvais ¤il cette intervention d’Algebris. Le bureau d’étude n’est pas surpris de l’attitude du hedge fund, qui est déjà intervenu de la sorte dans les affaires de Deutsche Börse et d’ABN Amro, mais il note toute de même que c’est la première fois que ce type de comportement se produit dans le secteur encore “conservateur” de l’assurance. Cheuvreux estime néanmoins que cette démarche pourrait provoquer une revalorisation d’un secteur de l’assurance largement sous valorisé. En effet, l’expérience montre que ces interventions ont souvent pour effet de doper le cours des entreprises concernées.

    Il n’en reste pas moins que Generali doit revoir son mode de gouvernance si elle ne veut pas se laisser distancer par ses concurrents européens, Axa et Allianz, selon “Trend Cash”. Le numéro un italien de l’assurance possède une équipe dirigeante inhabituelle, composées de deux PDG et d’un président “officiellement non exécutif”, qui, “dans les faits, détient une série de pouvoir de décision”, précise l’hebdomadaire.

    Mais Cheuvreux, comme “Trend Cash”, n’approuvent pas toutes les critiques de la filiale de TCI. Le magazine rappelle que Generali a su reconnaître les carences de son équipe dirigeantes ses dernières années et accueillir “quelques nouveaux visages au conseil d’administration”. Sans compter que l’assureur a également mis en place une politique de développement à l’étranger pour contrer le repli du marché de l’assurance vie en Italie. “Trend Cash” estime que l’assureur pourrait envisager un rachat, peut-être au Royaume-Uni. Selon le Milano Finanza, les Britanniques Aviva et Prudential feraient partie des cibles potentielles. De quoi contenter l’actionnaire activiste de Generali.