Fusion : Naissance d’Humanis, 3e groupe paritaire français

Le 26 janvier dernier, Humanis et Novalis Taitbout ont fusionné pour donner naissance au 3e groupe paritaire français, Humanis.

Le rapprochement est à présent effectif. Humanis devient le 3e groupe paritaire français, né de la fusion entre Humanis et Novalis Taitbout, deux entités elles-mêmes créées par fusion entre groupes paritaires. Dès 2009, la procédure a été lancée. Le Président de la nouvelle entité, Michel Keller, s’est félicité en conférence de presse mardi d’avoir « construit un dispositif aussi complexe en si peu de temps ».

Le conseil d’administration qu’il dirige est composé de 30 membres répartis de manière paritaire. Pierre Steff assure la vice-présidence, tandis que Damien Vandorpe a été nommé directeur général, et que Jean-Paul Lacam devient directeur général délégué.

La fusion obéit à un objectif simple, selon le groupe : « atteindre la taille critique permettant de répondre aux exigences économiques et financières en matière de performance, de rentabilité et de solvabilité. » La solidité financière en sort renforcée avec une marge de solvabilité de 355%, 10M de clients et 700 000 entreprises, de la TPE aux grands comptes. Mais le caractère paritaire du groupe ne cesse d’être rappelé.  « Une fusion paritaire et mutualiste doit obéir aux mêmes critères économiques que les autres, a insisté Michel Keller. Mais la qualité de la gouvernance paritaire et mutualiste est un élément de différenciation ».

Premier groupe en retraite complémentaire et en santé collective

Humanis devient le premier groupe de protection sociale en retraite complémentaire, avec 9,2M de personnes assurées et 22,4% de part de marché. En prévoyance et en santé, la nouvelle entité couvre 4,2M de personnes. Humanis tient le 1er rang en santé collective avec 36 accords de branches gérés, le 2e rang en prévoyance et le 3e des groupements mutualistes français.

L’ensemble de ces secteurs s’appuie sur une distribution multicanale et sur un réseau de courtiers. 96 agences commerciales, sous la marque Radiance groupe Humanis, assurent le maillage du territoire. « Ce réseau sera mis à disposition de l’ensemble des métiers du groupe », ont assuré les dirigeants.

Autres secteurs : l’épargne retraite et salariale, avec 3,8Mds d’encours gérés, et la gestion de 8,7Mds d’euros d’actifs. Humanis a aussi quelques spécificités, comme son activité à l’international (expatriés, territoires d’Outre-mer) et sa gestion pour compte de tiers avec des clients comme CNP Assurances, le Crédit Agricole ou Thelem. Enfin, Humanis dispose de 100M d’euros de ressources pour l’action sociale.

Des partenariats bienvenus

« Nous aurons une stratégie différentes pour chacun de nos métiers, a annoncé le président Michel Keller.  Nous aurons des relations avec les assureurs mais nous voulons parler d’égal à égal avec eux, en faisant attention à ne pas nous placer dans des situations de dépendances. » Les partenariats sont donc les bienvenus, comme par exemple celui entamé avec Axa pour l’épargne retraite dès la fin 2011.

Concernant l’organisation, la fusion n’est pas encore terminée. « Elle ne s’arrête pas le 26 janvier, mais elle se poursuit jusqu’à ce qu’il ne reste plus de doublon », a affirmé le directeur général Damien Vandorpe. La convergence se veut technique, avec les moyens informatiques notamment, mais aussi au niveau de l’homogénéisation de la relation client, des certifications ou encore des structures juridiques.

En termes d’emploi, les 6600 salariés se sont vus assurés un « pacte social » : le maintien de leur contrat de travail, tout en réussissant des mobilités fonctionnelles et des modules de formations. « Une période de grande disponibilité s’ouvre pour répondre aux questions des partenaires sociaux », a indiqué le président Michel Keller.