Fonds Novo : Investisseurs, gérants et quelques ETI auto-célèbrent leur succès

Réunis le 1er juin à la Maison de l’assurance, les représentants de la Caisse des dépôts et consignations (CDC), de l’Association française de l’assurance, des assureurs investisseurs et des gérants ont pu librement se féliciter du succès de la 2ème levée en capital des fonds Novo. Ces fonds créés à l’instigation de la CDC, visent à répondre au voeu des pouvoirs publics de mieux flécher l’épargne des Français vers l’économie réelle, notamment vers les PME.

Pour cette 2ème levée de fonds, 405 millions d’euros ont été apportés – un montant « supérieur à l’objectif initial de 300 millions d’euros » souligne le communiqué. Vingt des vingt-quatre investisseurs initiaux ont à nouveau répondu présents, mais parmi les assureurs, ACM, Crédit Agricole Assurances, Humanis et AG2R La Mondiale ont préféré passer cette fois leur tour.

Les fonds Novo gérés par les sociétés de gestion BNP Paribas Investment Partners et Tikehaum IM sont donc désormais dotés de plus de 1,4 milliards d’euros à allouer au financement des entreprises de taille intermédiaire (ETI). « C’est un double succès, pour les fonds et la communauté d’investisseurs que nous sommes, et pour les ETI financées », s’est félicité Franck Silbert, directeur du pôle financement stratégiques et participations du groupe CDC.

Cette réunion a permis de faire le point sur le 1er milliard d’euros apporté après le lancement des deux fonds Novo en 2103. On a appris que 41 entreprises avaient été financées par des prêts d’un montant moyen de 23 millions d’euros, pour un taux fixe de 4,06% et une maturité 6,8 ans. Parmi les bénéficiaires d’un prêt, la grande majorité des entreprises affichent un chiffre d’affaires de 100 à 800 millions d’euros, et 16 sur 41 sont actives dans l’industrie.

« Nous avons sans doute permis à ces PME de bénéficier des meilleurs conditions de prêts », s’est réjoui Thierry Giami Conseiller de la Direction de la CDC. Du côté des investisseurs, Pierre de Villeneuve, président-directeur général de BNP Paribas Cardif s’est lui aussi enthousiasmé soulignant que « le fonds Novo correspondait pour nous à un besoin de diversification ». « Certes, il n’y a pas de liquidité, mais le rendement est raisonnable », a-t-il ajouté.

La plus grande satisfaction était aussi de mise chez les gérants auxquels sont confiés les fonds puisque Bruno de Pampelonne, président de Tikehaum IM affirmait que « Novo est devenu une braie marque et un vrai type de financement ». « Si le fonds de retraite professionnelle supplémentaire devait se développer, cela peut diner de nouvelles perspectives d’encours », a ajouté Pierre de Villeneuve.

La table-ronde tenait donc davantage de la séance de congratulations réciproques que du débats. Elle a été conclue dans le même esprit par le président de l’AFA Bernard Spitz pour qui « les fonds Novo, c’est l’histoire d’un succès » et les raisons du succès tiennent à au dialogue constructif avec les pouvoirs publics et la convergence des intérêts des uns et des autres.