Euler Hermes : bénéfice net en forte baisse mais embellie en fin d’année

L’assureur-crédit Euler Hermes, filiale de l’assureur allemand Allianz, a vu son bénéfice net fondre en 2009 sous l’effet de la crise, mais a enregistré une embellie en fin d’année et table sur une amélioration de ses résultats en 2010, selon un communiqué publié mercredi.

Sur l’année, le bénéfice atteint 19 millions d’euros, soit moins d’un quart du résultat enregistré en 2008. La presque totalité de ce bénéfice a été réalisé au quatrième trimestre (18,1 millions), pour partie grâce à des plus-values.

De manière générale, Euler doit à son résultat financier conséquent (produit des placements) de 148,4 millions, alimenté par le rebond des marchés, d’avoir terminé l’exercice dans le vert, alors que les défaillances d’entreprise se sont multipliées.

Néanmoins, le quatrième trimestre a confirmé l’amélioration de la sinistralité, déjà constatée au troisième trimestre.

Le ratio de sinistralité (primes collectées rapportées au coût d’indemnisation des sinistres), qui atteignait 88,4% au premier semestre, est ainsi passé à 71,8% sur les trois derniers mois de l’année.

L’amélioration de ce ratio n’est pas tant due à une baisse des défaillances d’entreprises, dont le nombre demeure élevé, qu’à une politique de souscription plus sélective.

Bien que toujours bénéficiaire, Euler “n’envisage pas” de verser un dividende à ses actionnaires, décision présentée comme “la conséquence logique de notre première priorité, qui est la protection de notre capital”, indique le groupe dans le communiqué.

Pour 2010, si Euler prévoit une reprise “fragile” et le maintien des défaillances d’entreprises “à des niveaux élevés”, il prévoit que “les actions prises en 2009 produiront leur plein effet en 2010 et devraient permettre une amélioration significative du niveau des résultats”.

Paris, 23 fév 2010 (AFP)