Etats-Unis : le Trésor américain et AIG mettent en vente pour 8,7Mds d’actions de l’assureur

AIG et le Trésor des Etats-Unis ont annoncé séparément mardi qu’ils allaient céder au total 300M d’actions AIG pour un montant de 8,7Mds de dollars, à l’issue d’une offre publique de vente devant marquer la première étape du désengagement de l’Etat américain dans l’assureur.

Symbole des excès de la finance ayant mené à la crise, AIG avait été sauvé d’une probable faillite en septembre 2008 grâce à un prêt de la banque centrale, qui avait dû être complété par d’autres interventions des pouvoirs publics dans les mois suivants. La stabilisation du groupe a mobilisé au total près de 180Mds de dollars de fonds publics.

L’annonce « marque une étape importante » dans le désengagement du capital d’AIG et dans l’évolution du programme « TARP » d’aide mis en place aux Etats-Unis lors de la crise, selon le secrétaire au Trésor Tim Geithner, cité dans le communiqué. Le Trésor « a accepté de céder 200M de ses actions ordinaires AIG à un prix unitaire de 29,0 dollars dans le cadre de l’offre publique de vente » (OPV), écrit le ministère.

AIG, qui émettait de son côté 100M d’actions nouvelles dans le cadre de l’OPV, a indiqué dans un communiqué séparé qu’elle les céderait elle aussi à 29,0 dollars chacune, soit un produit brut de 2,9Mds de dollars. Pour ne pas essuyer de pertes, le Trésor devait vendre ses titres à au moins 28,73 dollars.

Le capital de l’Etat américain dans le capital d’AIG tombera à 77%

Avec cette opération, la part de l’Etat américain dans le capital d’AIG tombera de 92% à 77%, et 74% en cas d’exercice de l’option de surallocation. A l’issue de l’offre de vente, la part du Trésor restante sera de 1,455Mds d’actions. Cette cession doit rapporter un produit brut (hors frais de placement) de 5,8Mds de dollars à l’Etat, ajoute le communiqué, précisant que cette somme pourrait passer à 7,1Mds, si les banques chargées du placement des titres exercent intégralement leur option de surallocation.

Concernant les prochaines étapes, le sous-secrétaire adjoint au Trésor par intérim chargé de la Stabilité financière, Tim Massad, a indiqué qu’il n’y avait pour l’instant « aucun calendrier spécifique ». « Nous continuerons de réduire notre participation de manière ordonnée » et « de façon à maximiser le retour pour les contribuables », a-t-il dit lors d’une conférence de presse téléphonique.

Le moment choisi pour de futures mises en vente dépendra de l’évolution du cours de l’action AIG. Celle-ci a dévissé depuis le début de l’année, perdant environ 40% de sa valeur. Elle avait clôturé mardi avant les annonces du Trésor et d’AIG à 29,46 dollars. Comme pour toute opération de ce genre, une commission à payer est fixée, dans ce cas de 53 cents par action, mais celle-ci sera réglée entièrement par AIG, a précisé Tim Massad.

L’opération AIG intervient le même jour que l’annonce par le constructeur automobile Chrysler du remboursement de ses prêts aux gouvernements américain et canadien, deux ans après sa sortie de faillite.

 

Washington, 24 mai 2011 (AFP)