Dommages : La bancassurance gagne (encore) des parts de marché

La bancassurance s’impose de plus en plus comme le modèle dominant dans l’assurance dommages notamment grâce à une distribution industrielle, selon le baromètre annuel réalisé par le cabinet Facts&Figures sur les résultats de 2010.

Entre 2009 et 2010, les bancassureurs ont gagné 0,9 point de part de marché dans les réseaux de distribution en assurance habitation, et 0,4 point en assurance auto. Dans les deux cas, les réseaux de bancassurance se démarquent des autres avec des gains de part de marché bien plus élevés que la concurrence, qui reste bloquée à +0,1 en auto pour les « courtiers et partenaires » (courtiers grossistes), et à +0,2 point en habitation pour les mutuelles d’assurances sans intermédiaires.

« 50% des nouveaux contrats en habitation ont été captés par la bancassurance » explique Cyrille Chartier-Kastler, fondateur de Facts&Figures lors de la présentation du baromètre à la presse. Selon l’étude, sur 642.800 nouveaux contrats, la bancassurance en a souscrit 325.200, contre 260.100 pour les MSI (40,5% des contrats) et 57.600 (soit 9%) pour les assureurs à réseaux traditionnels.

Pour Facts& Figures, les victimes de cette croissance sont les réseaux traditionnels. A tel point que dans un classement des « 10 opérateurs ‘gagnants’ en assurance habitation » 7 sont des bancassureurs et 3 des MSI. Pacifica est ainsi en pôle position avec 19,5% de part de marché en affaires nouvelles nettes, suivi de loin par Maaf avec 11,6% et Sogessur à 10,2%.

Et en auto, le constat est le même, même si les MSI gardent une longueur d’avance. « Les bancassureurs captent plus de 35% des affaires nouvelles », détaille Cyrille Chartier-Kastler. Toutefois, les MSI et notamment Groupama tiennent le haut du pavé, y compris dans les affaires nouvelles. Sur ce secteur, Groupama a gagné en 2010 20% des affaires nouvelles, devant Maaf qui a réalisé 17,7% des affaires nouvelles. Mais juste après, Pacifica, encore elle, s’impose avec 14,8% des parts de marché en affaires nouvelles nettes.

Pour Facts and Figures, la montée en puissance de la bancassurance est « une machine très industrielle » également capable de vendre beaucoup de produits de « risques divers très rentables ». « Les bancassureurs bénéficient d’une forte croissance de 7,2% entre 2006 et 2010 avec un résultat opérationnel d’exploitation de 20,4% », ajoute Cyrille Chartier-Kastler. Dans la même période, aucun réseau ne peut tenir la comparaison. Si les agents réalisent un ROE de 18,3% très intéressant pour les compagnies, la croissance annuelle s’amenuise à 1,4%. Les MSI voient leur croissance portée à 2,4%, en deuxième position, mais avec le plus faible ROE, à 5,5%. Enfin, le courtage réalise une croissance de 2,2% pour un ROE de 15,5%. Des éléments qui, comparés au marché (2,8% de croissance pour 11,5% de ROE), n’incitent pas encore les compagnies à bouleverser leurs schémas.