Dividende : L’augmentation souhaitée par MetLife bloquée par la Fed

L’assureur américain MetLife a indiqué mardi que la banque centrale américaine (Fed) l’avait empêché d’augmenter les dividendes versés à ses actionnaires et de reprendre son programme de rachat d’action.

« Déçu ». C’est le sentiment du PDG de la compagnie, Steven Kandarian, après la décision de la Fed d’empêcher Metlife d’augmenter le versement de dividendes à ses actionnaires. Le conseil d’administration a en effet dû se limiter à un versement pour 2011 de 74 cents par action, payable au 14 décembre, comme en 2010, précise le groupe dans un communiqué.

Les « niveaux de capitaux » et la « solidité financière » de l’assureur américain sont pourtant suffisants pour les actions envisagées par le groupe, selon le PDG. Mais l’établissement possédant des activités bancaires, réunies dans MetLife Bank, tout programme d’augmentation de rémunération des actionnaires est à ce titre conditionné à l’approbation de la Fed, son régulateur.

Test macroéconomique

Or la Fed « a conclu que les actions liées au capital prévues par la compagnie devraient être soumises à un test figurant un scénario macroéconomique défavorable » qui s’appliquera en 2012 à toutes les plus grandes banques américaines, a indiqué MetLife. La banque centrale n’a pas fait de commentaires dans l’immédiat.

Le PDG a aussi réitéré son souhait de céder les activités de MetLife Bank, comme il l’avait annoncé en juillet, afin d’échapper aux dispositions réglementaires conçues pour les banques américaines et de pouvoir fonctionner comme les autres compagnies d’assurance.

(Avec AFP)