Dette grecque : Fitch maintient la note des assureurs européens mais les groupes français fragilisés

L’agence de notation Fitch Ratings a estimé vendredi que l’accord européen sur l’effacement d’une partie de la dette grecque n’allait pas entraîner de dégradation de note des assureurs européens, mais que les bénéfices des groupes français devraient en pâtir.

« La majorité des compagnies d’assurances européennes ont une exposition gérable à la dette de la Grèce », écrit Fitch dans un communiqué. Leurs notes ne seront pas de ce fait abaissées, même si elles acceptent une décote de 50% de leurs créances grecques comme demandé aux créanciers privés dans l’accord européen anticrise-crise annoncé dans la nuit de mercredi à jeudi.

« La plupart des assureurs que nous notons peuvent supporter une perte de 70% sur leurs créances grecques », souligne Fitch, ajoutant que nombre d’assureurs européens sont « plus solides » qu’ils ne l’étaient en août 2010, date à laquelle l’agence avait évalué les conséquences d’un défaut grec sur le secteur. Pour l’agence de notation, cette résistance vient du fait que les groupes d’assurance européens ont réduit leur exposition à la dette grecque.

Les assureurs français à la peine

Les assureurs britanniques, allemands et italiens « ont pratiquement une exposition directe infime à la dette grecque », relève Fitch. Mieux, les groupes allemand et britannique ont aussi limité leur exposition aux dettes irlandaise, portugaise, espagnole et italienne. En revanche, les assureurs français sont à la peine car ils ont une exposition « importante » aux dettes souveraines des pays du sud de l’Europe, actuellement en grande difficulté financière, estime l’agence de notation franco-américaine.

En conséquence, « nous prévoyons une baisse de leurs bénéfices du fait des impayés sur la Grèce et d’autres pays possibles », avertit Fitch, insistant sur le fait que les bénéfices de tous leurs actifs sont concernés. La plus petite des trois grandes agences de notation mondiales rappelle que  le secteur de l’assurance-vie français dans son ensemble est dans une « perspective négative », autrement dit qu’elle pourrait abaisser à court terme les notes. Fitch note toutefois que tous les assureurs français ne sont pas dans la même situation.