Dépendance : L’assurance privée envisagée par Sarkozy comme mode de financement

Le président Nicolas Sarkozy a souhaité mardi qu’aucune piste de financement de la dépendance ne soit écartée d’emblée, y compris celle de l’assurance privée, estimant que l’idéologie n’avait « rien à faire dans une affaire de cette importance ».

« Je demande à chacun d’entre vous d’examiner toutes les options possibles, de n’écarter d’emblée aucune solution, y compris celle de l’assurance, pour des a priori idéologiques. L’idéologie n’a rien à faire dans une affaire de cette importance et de cette gravité », a déclaré M. Sarkozy en concluant un colloque sur la dépendance au Conseil économique, social et environnemental.

« Quand nos finances publiques sont dans la situation où elles sont, quand le travail est à ce point taxé, quand 5 millions de Français ont déjà souscrit une assurance dépendance, est-il raisonnable de ne pas s’interroger sur le rôle que peuvent jouer les mutuelles, les compagnies d’assurances et les organismes de prévoyance ? », a-t-il plaidé.

Sur ce sujet controversé, le chef de l’Etat s’est toutefois voulu rassurant en affirmant qu’il n’avait « pas l’intention d’utiliser la dépendance pour privatiser insidieusement l’assurance maladie ».

PARIS, 8 février 2011 (AFP)