Dépendance / Financement : Comment utiliser les fonds récoltés lors de la journée de solidarité ?

Le lundi de Pentecôte n’est plus férié pour les salariés. Ces derniers doivent travailler ce jour-ci ou prendre un jour de congé sur les congés légaux et les fonds ainsi récoltés doivent en principe servir à financer des dispositifs couvrant la dépendance.

Cette journée a permis, selon les chiffres du ministère de la solidarité publiés dans Lemonde.fr, d’obtenir 2,24Mds d’euros en 2010 et devrait en rapporter 2,31Mds cette année.

Mais des protestations s’élèvent pour dénoncer l’utilisation de ces fonds. En effet, l’année dernière, 250M d’euros ont été reversé par la Caisse Nationale de Solidarité pour l’Autonomie (CNSA) à l’Assurance maladie, et l’AD-PA, l’association des directeurs au service des personnes âgées, craint que 350M d’euros ne soient encore ainsi utilisés de la sorte. Le ministre de la solidarité s’est élevé contre ces accusations, affirmant que l’intégralité des fonds provenant de la journée de solidarité allait bien au financement contre la dépendance.

Un autre objet facteur de remise en cause concerne l’injustice, pour certains, de cette journée de solidarité. En effet, d’après la loi, seuls les salariés sont tenus de travailler gratuitement ce jour-ci. Les professions libérales, les retraités, et d’autres professions, échappent ainsi à l’effort. La proposition de quelques parlementaires d’instaurer une deuxième journée de solidarité ne semble ainsi rencontrer, pour l’instant, qu’un rejet de la part de l’opposition et qu’un enthousiasme tiède de la majorité.