Démission / Générali : Ana Patricia Botin a annoncé son départ du conseil d’administration

Ana Patricia Botin, fille du président de la banque espagnole Santander, Emilio Botin, a démissionné du conseil d’administration de Generali en raison des nouvelles fonctions qu’elle occupe au sein de Santander, a annoncé l’assureur italien.

L’assureur a indiqué lundi soir dans un communiqué « qu’Ana Patricia Botin a présenté aujourd’hui sa démission du poste d’administrateur de la compagnie en raison de ses nouvelles fonctions au sein du groupe Santander qui ont accru ses difficultés, déjà existantes, à assumer pleinement ses devoirs liés au poste d’administrateur de Generali ».

Ana Patricia Botin, qui était administrateur indépendant de Generali, a pris début décembre ses fonctions de directrice générale de la filiale britannique du groupe Santander. La démission d’Ana Patricia Botin intervient alors que Generali réunit mercredi un conseil d’administration crucial pour trouver une issue aux tensions qui agitent son conseil d’administration depuis plus de deux mois.

Dernier épisode en date, l’homme d’affaires français Vincent Bolloré, qui est vice-président de l’assureur, a appelé il y a deux semaines à une « clarification obligatoire sur la gouvernance » de Generali, provoquant une vive polémique au sein de l’ « establishment » financier italien.

M. Bolloré, qui s’est abstenu à la mi-mars lors de l’approbation des comptes du groupe, jugeait notamment que l’accord sur la coentreprise entre Generali et le groupe PPF de Petr Kellner en Europe de l’est était « déséquilibré ». La direction de Generali s’est défendue de ces accusations.

Le président de Generali, Cesare Geronzi, s’est par ailleurs retrouvé sous le feu des critiques, en particulier de la part de Diego Della Valle, patron de Tod’s et administrateur de Generali, pour avoir donné en février des indications stratégiques ne correspondant pas à celles discutées au sein du conseil et annoncées au marché par le directeur général, Giovanni Perissinotto.

Ces tensions sur la gouvernance se sont également soldées par la démission en février de Leonardo Del Vecchio, président du fabricant de lunettes Luxottica, du conseil d’administration de l’assureur.

 

Milan (Italie), 5 avril 2011 (AFP)