Cybercriminalité : ThyssenKrupp va s’assurer chez Axa

Le conglomérat industriel allemand ThyssenKrupp va s’assurer notamment auprès du français Axa contre d’éventuelles cyber-attaques susceptibles d’entraver sa production, selon des informations du Financial Times Deutschland jeudi.

La police d’assurance négociée par ThyssenKrupp doit couvrir jusqu’à 50M d’euros de dommages, ont confié au journal des sources proches du dossier. Le groupe aéronautique européen EADS a également manifesté son intérêt pour cette assurance d’un genre nouveau, selon ces sources.

 Axa, qui assure déjà ThyssenKrupp contre les interruptions de production classiques, va couvrir 30% des risques du groupe liés à la cybercriminalité. D’autres assureurs sont encore recherchés pour couvrir à plusieurs les 70% restants, selon le journal.

Invités à réagir par le FTD, ni ThyssenKrupp ni Axa n’ont souhaité commenté ces informations.

En matière d’assurance ThyssenKrupp est généralement en avance sur les autres groupes car il renouvelle déjà ses polices au 1er octobre, en raison de son exercice fiscal décalé.

« Nous pensons qu’en 2013 (la cybercriminalité) sera un sujet très important dans les négociations de contrats d’assurance,  » a estimé Sven Erichsen, directeur d’Aon, la plus grande société de courtage d’assurance en Allemagne, interrogé par le FTD.

Le sabotage de production au moyen de la cybercriminalité n’est plus un scénario de science-fiction, notamment depuis l’attaque des ordinateurs du programme nucléaire iranien en 2010 par le virus informatique Stuxnet.

FRANCFORT, 16 août 2012 (AFP)