Courtier / International : Aon intègre de nouveaux risques dans sa carte annuelle des menaces terroristes

Chaque année, Aon publie une carte mesurant le niveau de risque terroriste de chaque pays du globe. Cette année et pour la première fois depuis 10 ans, le courtier américain a intégré d’autres critères dans son analyse, comme le risque de violence politique, de grèves ou de guerres.

Pour l’édition 2011, la «Aon Terrorism and Political Violence Map», (carte du terrorisme et de la violence politique) prend en compte de nouveaux risques apparus depuis peu, notamment la violence politique, les grèves ou la guerres. Depuis les attentats du World Trade Center (11 Septembre 2001), chaque pays se voit attribuer un niveau de menace allant de négligeable à grave par le courtier.

Cette année, ce plan établi en collaboration avec le cabinet de conseil en sécurité Janusian, indique une augmentation du risque de violence politique au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, à cause notamment des soulèvements du printemps arabe. La carte prend également en compte les troubles civils et les conflits découlant de mesures d’austérité en Europe occidentale. De son côté, le terrorisme continue à frapper des zones comme l’Irak, l’Afghanistan, le Pakistan ou la Somalie, ainsi que certaines parties du Nigeria et de la région du Sahel.

Grâce à cette carte, Aon et sa branche grands risques Aon Risk Solution, permet de comprendre l’évolution des risques sur le globe et proposer des solutions adaptées. Neil Henderson, le patron de Aon RS, déclare d’ailleurs que «les changements de critères de la nouvelle carte ne doivent pas être considérés comme une diminution de l’incidence ou la gravité des menaces terroristes, mais plutôt le fait qu’ils offrent aux entreprises une vue plus globale de certains des problèmes de gestion des risques auxquels ils sont confrontés dans le monde entier », selon le Insurance Daily.

Comments are closed.