Contentieux / Premafin : Groupama se dit disponible pour étudier d’autres solutions avec la famille Ligresti

L’assureur français Groupama s’est dit mardi toujours disponible pour travailler avec la famille Ligresti à la consolidation financière de leur holding Premafin, qui contrôle le deuxième assureur italien Fondiaria-SAI, si la position de son partenaire devait changer.

Le groupe mutualiste s’est dit « disponible pour examiner toutes les solutions possibles dans le cadre d’une évolution éventuelle du dossier ». Simultanément, Groupama poursuivra son plan de développement sur le marché italien de l’assurance, le deuxième du groupe, selon un communiqué.

L’annonce de l’assureur français fait suite à celle des membres de la famille Ligresti qui ont dit vouloir étudier des solutions alternatives à l’entrée de Groupama au capital de Premafin, dont ils détiennent environ 51%.

« Dans l’état actuel des choses, les conditions ne sont plus réunies », a fait savoir mardi la holding italienne. « Des solutions alternatives destinées au renforcement financier » du groupe sont envisagées, a ajouté Premafin.

Groupama avait signé un accord fin octobre avec Premafin dans le cadre duquel il devait prendre une participation de 17,1% de la holding pour environ 145M d’euros à l’issue d’une augmentation de capital. Concrètement, le français devait exercer les droits de souscription des Ligresti dont la part devait descendre à 34,2% après l’opération.

Groupama envisageait de prendre aussi éventuellement une part directe dans Fondiaria-SAI pouvant aller jusqu’à 17-20%. Cet accord était conditionné au fait qu’on ne l’oblige pas à lancer une OPA sur Premafin et Fondiaria mais l’autorité boursière italienne Consob a contrecarré les plans du français en lui imposant ces OPA comme condition à sa prise de participation car elle modifiait la structure de contrôle du groupe.

 

Paris, 15 mars 2011 (AFP)