Complémentaire santé : Le collectif monte en puissance

INFOGRAPHIES – Une étude de la Drees sur le marché de la complémentaire santé en France en 2014, montre que le collectif a progressivement grappillé l’individuel bien avant l’entrée en vigueur de l’ANI.

En 2014, les organismes complémentaires d’assurance maladie ont collecté quelque 33,9Mds d’euros de cotisations en santé. La branche représente ainsi 15% du marché de l’assurance contre 13% en 2009. Les grands gagnants de cette croissance sont les sociétés d’assurances qui ont pris 9 points de part de marché entre 2001 et 2014, contre une perte de 7 points pour les mutuelles.

Notons que les primes collectées ont presque doublé depuis 2001. Leur niveau atteignait alors environ 17,6Mds d’euros.
Sur ces près de 34Mds d’euros de cotisations, le collectif monte en puissance. Il s’établit à 43% du marché de la santé en 2014 contre 40% en 2007. Son poids a augmenté chez tous les acteurs, avec une accélération plus importante chez les mutuelles qui restent toutefois très ancrées sur le marché de la santé individuelle.

Selon les données livrées par la Drees, les contrats collectifs offrent le meilleur retour sur cotisations. En 2014, 86% des cotisations en collectif sont reversées sous forme de prestations, contre 75% pour l’individuel. «  Ces dernières années, les prestations versées ont certes augmenté, mais moins vite que les cotisations collectées. Les organismes assureurs ont mis en place différentes actions afin de modérer leurs dépenses, notamment en optique et en dentaire : limitation des garanties les plus généreuses, réseaux de soins aux tarifs négociés, ‘bonus’ pour inciter les assurés à modérer leur consommation en échange d’un meilleur remboursement », souligne l’étude.

A ces prestations s’ajoutent des charges de gestion, globalement stables depuis 2014. Les mutuelles se singularisent par des frais d’administration plus important que le reste du marché, en raison des nombreux regroupements. Les sociétés d’assurances ont des frais d’acquisition plus importants du fait du recours à des intermédiaires comme les courtiers.

L’infographie ci-dessus souligne le caractère déficitaire de l’activité santé en collectif. Le marché de la complémentaire santé reste dans sa globalité légèrement excédentaire grâce aux contrats individuels. Les OCAM ont ainsi dégagé un excédent de 296M d’euros au titre de l’exercice 2014. Mais le basculement du collectif vers l’individuel laisse augurer de marges plus réduites pour le secteur sur cette activité.

Les organismes sont toutefois en bonne santé financière si l’on inclut toutes leurs activités. Les résultats nets comptables sont positifs pour tous les types d’acteurs, même pour les institutions de prévoyance qui avaient connu une année 2012 déficitaire.