CIPRÉS ASSURANCES

Le spécialiste assurance en prévoyance et santé TNS, TPE, PME

Depuis maintenant plus de 15 ans, CIPRÉS ASSURANCES, courtier grossiste souscripteur, se positionne en véritable acteur de l’innovation en Protection sociale complémentaire.

http://www.cipres.fr/

Le marché des TNS (travailleurs non salariés) en prévoyance offre un potentiel de conquête considérable pour les courtiers de proximité selon CIPRÉS. Le courtier grossiste veut se positionner comme une référence sur cette clientèle.

Les travailleurs non salariés (TNS) qu’ils soient entrepreneurs individuels (commerçant, artisan, professionnel libéral) ou gérants majoritaires d’une Sarl restent peu couverts par les assureurs en matière de prévoyance. « D’après nos estimations, environ un TNS sur deux n’a aucune garantie prévoyance », avance Arnaud Berjon, directeur général adjoint du courtier grossiste CIPRÉS, spécialiste en assurance prévoyance et santé. Si l’on regarde le verre à moitié plein, la prévoyance offre donc un potentiel de conquête très intéressant. Surtout pour les courtiers qui connaissent bien cette cible.

CPRÉS se positionne depuis plus de 15 ans sur cette clientèle en travaillant aujourd’hui avec 3.700 courtiers partenaires. Il espère attirer de nouveaux partenaires pour prendre ce marché peu équipé. D’abord en faisant prendre conscience aux chefs d’entreprise de l’importance de cette couverture destinée à couvrir des risques lourds comme l’incapacité, l’invalidité et le décès. Un chef d’entreprise a en effet tendance à sous-estimer ces risques. « Il a parfois le sentiment – en exagérant – qu’il est immortel. Il se soucie plus de la santé de sa société que de la sienne. Or, il oublie que son patrimoine se confond avec celui de son entreprise. En cas de coup dur personnel, il met en danger toute sa société», relève Laurent Ouazana, président de CIPRÉS Assurances et fin connaisseur des problématiques des entrepreneurs. « Là, où la complémentaire santé d’entreprise offre un bénéfice presque immédiat pour les salariés, cela est beaucoup moins évident pour la couverture prévoyance qui, fort heureusement, n’est employée que rarement », ajoute Sylvie Langlois, directrice générale de CIPRÉS.

Des tarifs, des garanties, des modes de souscription avantageux

Conséquence : « un chef d’entreprise a souvent des salariés bien mieux couverts que lui-même», constate Arnaud Berjon, directeur général adjoint de CIPRÉS. Mais grâce à leur approche de conseil et de proximité, les courtiers peuvent faire la différence, avec le soutien de CIPRÉS qui a décidé d’apporter une attention privilégiée aux TNS. « Sur le plan du risque prévoyance, nous considérons les TNS comme des salariés comme les autres, ne présentant pas de risques supplémentaires. Nous parvenons à négocier des tarifs intéressants pour les TNS compte tenu du nombre important de clients en portefeuille », souligne Arnaud Berjon. CIPRÉS s’efforce également d’offrir des garanties simplifiées aux TNS avec notamment d’ici à l’automne une sélection médicale allégée et la suppression de certaines exclusions sur les contrats (comme celle liée à la pratique de sports à risques en loisirs).

CIPRÉS estime également important de simplifier la tâche du courtier partenaire pour son client. Il apporte par exemple son expertise sur les 17 régimes obligatoires de prévoyance qui couvrent les TNS. Les franchises et délais de carence varient d’un régime à un autre. Il permet donc de fournir des couvertures complémentaires qui s’adaptent aux régimes obligatoires. Enfin, le courtier grossiste a l’ambition de fluidifier au maximum les processus de souscription et de gestion. « Nous avons développé un extranet courtier simple et fluide qui permet, même pour les courtiers débutants, de rendre accessible une matière complexe », souligne Sylvie Langlois, DG de CIPRÉS. La fluidité du parcours client est primordiale pour CIPRÉS qui mise sur le digital. « Des dossiers de prévoyance tous risques, avec 2 à 3 millions d’euros de capital à couvrir, pourront être acceptés en quelques minutes, sans sélection médicale quand il faut 3 semaines en temps normal », se félicite Laurent Ouazana. Le courtier doit pouvoir se concentrer sur la mise en place d’une relation de confiance avec le client, sur l’explication, le conseil et la souscription. Le reste des démarches et de la gestion du contrat sont facilités par le courtier grossiste. Notre ambition : « tout digitaliser sauf la confiance !», conclut Arnaud Berjon.