Cession : Icade candidat au rachat de la participation de Groupama dans Silic

La Caisse des dépôts (CDC) et Groupama ont confirmé dimanche être en discussion pour la reprise de la participation de l’assureur mutualiste dans la foncière Silic, tout en précisant dans un communiqué commun, qu’ « aucun accord n’a été conclu à ce stade ».

Ce communiqué très court confirme partiellement des informations du Figaro, qui affirmait dans son édition de samedi que la CDC négociait avec Groupama pour lui acheter cette participation dans Silic. CDC et Groupama précisent seulement que cette reprise se ferait « autour d’une structure d’échange avec des actions Icade ».

Le Figaro affirmait que l’injection d’argent frais « serait réalisée sous forme d’actions de préférence, sans droit de vote mais très confortablement rémunérées ». Selon le journal, l’opération a pour but de venir en aide à la filiale de Groupama de courtage en assurances Gan Eurocourtage.

« Groupama négocie avec la Caisse des Dépôts un apport de plusieurs centaines de millions d’euros de capitaux frais chez Gan Eurocourtage », écrivait Le Figaro, citant « une source proche du dossier ». Un porte-parole de Groupama a refusé dimanche soir de confirmer cette information.

Silic est détenue à 44% par Groupama

Pour Silic, foncière spécialisée dans les bureaux et détenue à 44% par l’assureur mutualiste avec une capitalisation boursière totale de près de 600M d’euros, ce serait Icade, la foncière filiale à 56% de la CDC et disposant d’un patrimoine immobilier 6,28Mds d’euros à fin juin, qui serait le repreneur.

Depuis 2010, Icade, qui affirme avoir complètement « digéré » l’acquisition de la foncière La Lucette, a entrepris un virage stratégique vers la détention de bureaux et de parcs tertiaires, de centres commerciaux et d’établissement de santé, de désengageant complètement des entrepôts et des logements.

Pour Le Figaro, ces négociations s’expliqueraient par le fait que Groupama « dont les ratios réglementaires de solvabilité sont mis à mal par la crise, présentera dans quelques jours un plan de redressement à l’Autorité de contrôle prudentiel (ACP) qui compte examiner le dossier lors de sa séance du 20 décembre ».

 AFP, Paris, 4 décembre 2011