Carte blanche partenaires : La CDO fait appel de la décision du Tribunal de commerce

La Centrale des Opticiens ne lâche pas l’affaire et décide de faire appel, suite à la décision du Tribunal de commerce de Paris qui a rejeté les accusations de pratiques anticoncurrentielles formulées par la CDO à l’encontre du réseau de soins Carte Blanche Partenaires.

Les faits remontent à septembre 2015, lorsque Carte blanche partenaires lance un appel à référencement de l’offre Prysme, une offre sans reste à chargé pour les assurés. La Centrale des opticiens dénonce des « pratiques anticoncurrentielles et des pratiques restrictives de concurrence » susceptibles de porter préjudice à l’ensemble des acteurs de l’optique.

Après la décision de la DGCCRF et de l’Autorité de la concurrence, le 30 janvier 2017, c’est le Tribunal de commerce de Paris qui rejette les accusations de la CDO et des deux opticiens indépendants, FL2 et Opti’bambins.

Le Tribunal n’a pas manqué de relever que les dirigeants de la CDO « se trouvent parallèlement aux commandes du groupe d’opticiens Krys, adhérent au réseau Carte Blanche et qui est pourtant non plaignant ».

Jean-François Tripodi, directeur général de Carte Blanche Partenaires, souligne dans un communiqué : « Cette dernière décision conforte de nouveau la légitimité de notre offre qui permet au plus grand nombre d’accéder à des lunettes de qualité sans reste à charge. Les opticiens de notre réseau peuvent maintenant proposer à nos bénéficiaires notre offre Carte Blanche-Prysme en toute tranquillité d’esprit ».

Les opticiens plaignants demandaient une réparation de 69.244 euros de préjudice mais ils n’ont pas obtenu gain de cause. Bien au contraire, car le Tribunal a condamné la CDO à verser 100.000 euros à Carte blanche partenaires en réparation du préjudice subi. Suite à cette décision de justice, la CDO et les opticiens indépendants ont décidé de faire appel « afin que les questions de fond concernant l’offre Prysme puissent être examinées par la Cour d’appel ».