Capital : Generali pressé par le patron de Tod’s de vendre sa participation dans le groupe de presse RCS

Le patron du groupe de mode Tod’s Diego Della Valle, qui est administrateur de Generali et de RCS Mediagroup, a demandé mercredi à l’assureur de vendre sa part dans le groupe de presse propriétaire du Corriere della Sera, premier quotidien du pays.

A la sortie d’une réunion du conseil d’administration de Generali, l’influent homme d’affaires, qui détient lui-même 5,5% de RCS, a indiqué à la presse qu’il avait réclamé que “la cession de la part de la compagnie dans RCS soit mise à l’ordre du jour” du prochain conseil de l’assureur. Selon M. Della Valle, la détention de cette part de 3,7% par Generali “crée seulement du mécontentement” et la presse n’est pas dans le “coeur de métier” de l’assureur. Il a affirmé que d’autres administrateurs partageaient sa position.

Le capital de RCS, qui détient le premier quotidien italien, le Corriere della Sera, le journal sportif la Gazzetta dello Sport, ainsi que le journal espagnol El Mundo, est contrôlé par le gotha de l’industrie et de la finance italienne. Le pacte d’actionnaires, à la tête de 63%, comprend outre Generali et M. Della Valle, le groupe automobile Fiat, la banque Intesa Sanpaolo, le fabricant de pneus Pirelli, la famille Benetton… Si Generali vendait sa part, les autres membres du pacte auraient un droit de préemption.

Samedi, M. Della Valle était déjà monté au créneau en appelant à la fin des jeux de pouvoir au sein de RCS dans une allusion explicite au président de Generali, l’influent et controversé Cesare Geronzi, et au président du conseil de surveillance d’Intesa Sanpaolo, Giovanni Bazoli.

Le Corriere della Sera a été secoué ces derniers jours par des rumeurs, finalement démenties, de pression d’actionnaires, dont Fiat, présumés mécontents de la ligne éditoriale du journal.

Milan, 2 février 2011 (AFP)