Axa France en ordre de marche

Axa France semble traverser 2011 avec une certaine sérénité. La prévision de croissance reste à 2-3%, les tarifs, en fonction des clients, sont en hausse maîtrisée pour 2012 et les coûts sont maîtrisés. L’entreprise se tourne vers l’avenir.

A un mois de la fin de l’année, Axa France a fait un point sur sa situation, n’évacuant aucun sujet, si ce n’est le plus chaud d’entre tous : la participation du numéro un français dans la reprise d’activités de Groupama.

Sur ce plan là, Nicolas Moreau, directeur général d’Axa France depuis un peu plus d’un an a annoncé qu’une « fusion avec Gan Eurocourtage serait destructrice de valeur ». Concurrents sur les mêmes marchés la branche courtage d’Axa France n’a pas intérêt à conquérir son meilleur ennemi au risque d’une « trop grande concentration sur les grands courtiers » obligeant ces derniers à placer leurs risques ailleurs. Pour Gan Assurances, le discours est beaucoup plus mesuré. A la question de savoir si Axa a participé à des demandes de cotation, la réponse fut impossible. « Je ne peux légalement pas m’exprimer sur ce sujet là » a renvoyé le directeur général.

Hausses tarifaires moins élevées

Pour le reste de l’actualité, Axa France prévoit des hausses tarifaires moins élevées en 2012 qu’en 2011 : 2% pour l’auto et 2,7% pour l’habitation en moyenne chez les particuliers. Les évolutions seront fonction du client. La segmentation, à l’œuvre en 2011 et qui a coûté quelques 120.000 véhicules au portefeuille de l’assureur, a permis d’améliorer le ratio combiné de 2 points. Un équilibre technique qui permet cette politique tarifaire. Pour l’année en cours, le chiffre d’affaire en assurance dommages devrait être orienté à la hausse.

En épargne, Axa n’échappe pas à « une légère décollecte » ces derniers mois  et une légère baisse de souscriptions. Le glissement vers les unités de compte se poursuit et permet à l’assureur d’atteindre les 20% d’UC. Le chiffre d’affaires en assurance-vie devrait être stable pour 2011.

Prévoyance

En santé et prévoyance, l’assureur se veut dynamique pour 2012. Des produits GAV, dépendance et funéraire sont à l’étude. Comme en dommages, l’année 2011 se conclut par une hausse du chiffre d’affaires.

Enfin, la société poursuit son effort sur la productivité et l’efficacité. Au-delà du non-remplacement d’un départ à la retraite sur deux, l’emploi devrait être « en légère décroissance » au sein de la compagnie qui poursuit ses recrutements, en les orientant vers des profils expérimentés. Avec 50 millions d’euros d’économies réalisées en 2011, Axa France est dans ses plans pour aborder 2012.