Assurance : Zurich Insurance envisage de se séparer des activités à la traîne

L’assureur suisse Zurich Insurance a dévoilé jeudi ses nouveaux objectifs financiers et n’a pas exclu de céder certaines activités sous-performantes au cours des trois prochaines années pour mettre l’accent sur les domaines les plus rentables.

Pour la période allant de 2014 à 2016, le groupe d’assurance suisse Zurich Insurance vise un rendement sur le capital du bénéfice d’exploitation (après impôts) de 12 à 16%, a-t-il indiqué dans un communiqué en amont de sa journée d’investisseurs.

Auparavant, le groupe avait fixé la barre à 16% pour la période précédente. Mi-novembre, il avait toutefois prévenu, à l’occasion de la publication de ses résultats sur neuf mois, que certains de ses objectifs ne seraient pas atteints.

De nombreux analystes avaient alors jugé que le groupe s’était montré trop ambitieux, notamment dans la mesure où la persistance des taux d’intérêt bas joue en défaveur des sociétés d’assurances.

Dans une note, Stefan Schuermann, analyste chez Vontobel, a indiqué que ces nouveaux objectifs étaient conformes à ses attentes et se situaient “à un niveau plus réaliste“. Parmi ses objectifs, le groupe a également précisé qu’il visait une hausse des recettes et des virements en numéraire de plus de 9 Mds de dollars au niveau de la holding, soulignant que Zurich Insurance entendait verser un dividende attrayant à ses actionnaires.

Martin Senn, le directeur général du groupe a par ailleurs indiqué que le réassureur allait se montrer plus sélectif sur les activités sur lesquels il opère pour se concentrer sur ses points forts, tels que les grands clients et les entreprises de taille moyenne ainsi que des marchés choisis au niveau des particuliers.

Pas de nomination d’un directeur financier

“Nous sommes très fort dans certains domaines mais il nous manque l’échelle ou la rentabilité dans d’autres”, a-t-il déclaré dans le communiqué. Après une revue de ses activités, l’assureur entend concentrer ses investissements sur les marchés jugés prioritaires tout en cherchant à améliorer la profitabilité des activités à la traîne. “Nous allons soit redresser soit sortir de celles qui sont sous-performantes”, a-t-il expliqué.

Lors d’une conférence avec les journalistes, Martin Senn n’a pas souhaité indiquer quelles activités étaient concernées mais a promis de faire le point tous les six mois sur ce front. Il a toutefois exclu que le groupe abandonne certains pays, précisant que le retrait d’activité s’opérerait plutôt par panier de produits.

Les analystes qui s’attendaient à la nomination d’un directeur financier du groupe à l’occasion de la journée d’investisseurs ont été particulièrement déçus, la direction n’ayant pas fait d’annonce en ce sens. Zurich Insurance a été secoué par le suicide fin août de Pierre Wauthier, alors en charge des finances, et par la démission de Josef Ackermann, qui avait renoncé peu après à ses fonctions à la tête du conseil d’administration.

Zurich, 05 décembre 2013 (AFP)