Assurance vie/Rendement : la MACSF se maintient au meilleur niveau du marché

Chiffre vedette de la conférence organisée ce mardi matin, le rendement du fonds en euros de la MACSF s’établit à 2,85 % net de frais de gestion, et même à 2,90 % pour les contrats dont l’encours est supérieur à 450 000 euros, les frais de gestion étant alors réduits. Ces rendements sont plutôt bons par rapport à la concurrence, mais s’inscrivent en retrait de 0,25 point par rapport à ce qui avait été servi par la MACSF en 2014.

« Il est urgent de diversifier », a souligné Stéphane Dessirier, directeur général du groupe MACSF, qui a opportunément souligné que les performances des différents profils proposés par le contrat RES multisupport étaient très positives, et en nette progression par rapport à ce qui avait été réalisé en 20014. Le profil Sécurité a en effet rapporté 3,60% nets en 2015 contre 2,73 % un an plus tôt, le profil Equilibre affiche 6,20 % contre 5,21 % et le profil Dynamique 9,67 % contre 7,73 %. « Nos trois profils présentent de bonnes performances, et elles sont cohérentes entre elles », a confirmé Eric Dubos, directeur financier du groupe. Le profil le plus risqué est en effet le plus rentable en 2015, comme cela avait déjà été le cas un an plus tôt.

Le Docteur Philippe Eveillau, président de la SGAM MASCF et de MACSF Epargne Retraite, s’est félicité d’entrée des « très bons résultats » réalisés en 2015, « pour le plus grand bien de ceux qui nous font confiance ». Pour l’année qui vient de s’achever, le groupe MACSF affiche un chiffre d’affaires de 2,2 milliards d’euros, en très léger retrait par rapport aux 2,3 milliards engrangés 2014. Responsable de ce léger recul, la seule assurance vie, pour la bonne raison que l’année 2014 était exceptionnelle et constitue donc une base de comparaison élevée. Aucune raison de s’alarmer donc. « Notre chiffre d’affaires évolue en fonction de l’assurance vie », a en effet rappelé Stéphane Dessirier.

Et en 2015, l’assureur n’a pas jugé utile de pousser les feux sur l’assurance vie. « La collecte globale est en léger repli car nous n’avons pas souhaité diluer notre actif en euros », a expliqué Roger Caniard, directeur financier du groupe MACSF. « Nous n’avons pas refusé de souscriptions, mais nous n’avons pas poussé nos réseaux », a-t ’il poursuivi, expliquant que la priorité avait été donnée à la diversification. Les nouveaux contrats de 2015 ont été investis à 64% en multissupport (62 % en 2014) et à 5% seulement dans le fonds en euros. Par ailleurs, sur les contrats existants, 381 millions d’euros ont été transférés vers le multisupport.

Afin de proposer un choix plus large de diversification à ses sociétaires épargnants, la MACSF mettra par ailleurs en place en mars 2016 deux SCPI. La première, Rivoli Avenir Patrimoine, d’Amundi, investit dans l’immobilier de premier ordre (« bureaux bien placés à Paris »). La seconde, plus originale, vise à séduire le sociétaire de la MACSF. Primovie est en effet une SCPI dédéié à la santé et à l’éducation, qui investit dans un patrimoine immobilier dédié aux secteurs de la santé (cliniques), de l’éducation (écoles), des crèches, des seniors et de la dépendance (EHPAD).