Assurance emprunteur : Les français ignorent les bénéfices de la loi Lagarde

Une étude IFOP réalisée pour la Macif en juin 2011 montre qu’une majorité de Français n’a pas encore profité de la réforme de l’assurance emprunteur portée par la loi Lagarde de septembre 2010. Plus de 60% d’entre eux ne savent pas qu’ils peuvent plus facilement choisir leur assurance de prêt immobilier en dehors de la banque où ils souscrivent leur crédit immobilier.

La loi Lagarde de septembre 2010 précise qu’en matière de crédit immobilier, l’emprunteur est libre de choisir son assurance de prêt sans que les banques ne puissent s’y opposer, ni le pénaliser sur les conditions de son prêt (et notamment sur le taux du crédit), dès lors que les garanties présentées sont équivalentes au contrat bancaire.

A l’approche du premier anniversaire de la réforme, ou en sont les français sur ce sujet ?

L’étude IFOP a permis de constater qu’une majorité de Français n’a pas encore profité des possibilités offertes par la loi Lagarde ou les ignore et ce, qu’ils soient propriétaires (55% des répondants, dont 2 sur 3 sont des primo accédants), non propriétaires ayant l’intention d’acheter ou bien ni l’un ni l’autre. En effet, plus de 60% des répondants déclarent ne pas savoir que, depuis septembre 2010, ils peuvent choisir leur assurance de prêt immobilier en dehors de la banque dans laquelle ils souscrivent leur crédit.

De même, 49% des propriétaires ou non propriétaires ayant l’intention ne comparent pas les offres d’assurance de prêt immobilier avant d’en souscrire une.

Autre enseignement de cette étude, 1 propriétaire sur 3 seulement (33%) sait qu’il peut désormais résilier son assurance emprunteur au cours de son crédit pour en changer. Cette méconnaissance explique probablement le fait que, parmi les établissements qui proposent des assurances emprunteurs, c’est encore auprès de leur banque que les 3/4 des non propriétaires ayant l’intention d’acheter envisagent de souscrire leur assurance.