Assurance emprunteur : Alptis enrichit son contrat Paréo emprunteurs V5

La loi Lagarde, qui a été votée en première lecture à l’Assemblée nationale, garantit une plus grande liberté de choix pour l’emprunteur en soumettant le prêteur à l’obligation de motiver toute décision de refus et en lui interdisant toute modification du taux de prêt prévu en contrepartie de son acceptation d’un contrat d’assurance autre que celui proposé par son groupe. Mais les banques qui ne veulent pas jouer le jeu pourront toujours arguer de la non-équivalence de garantie, concept aux entournures un peu floues.

Mais ce premier pas n’ouvrira réellement la voie vers plus de choix et plus d’indépendance pour les emprunteurs qu’à condition de fournir un gros travail d’information puisque à l’heure actuelle, 90% des assurances de prêts sont toujours souscrites auprès des banques. Choisir une assurance de prêt n’était jusqu’alors pas une véritable préoccupation puisque, bien que non obligatoire, elle était souvent imposée par la banque et difficilement négociable. La libéralisation du marché de l’assurance emprunteur, en ouvrant la concurrence, va changer les habitudes.

Dans ce cadre, Alptis propose un contrat avec des garanties au moins équivalentes à celles des contrats des banque.

Pour tout contrat souscrit chez Alptis, le niveau de cotisation est fixé en fonction de la profession exercée et ne sera pas modifié en cas de changement de profession. L’assuré n’est donc plus tenu de signaler un tel changement.
De plus, le taux ne pourra varier chaque année selon les résultats techniques du contrat.

Canyoning, week-end quad, baptême de saut en parachute… nul besoin d’être sportif pour aimer le grand frisson. Stage d’entreprise, vacances, cadeau : les occasions de prendre des risques “sportifs” sont nombreuses. La nouveauté : Paréo V5 couvre tous les sports à risques pratiqués dans le cadre d’une initiation ou d’un baptême et encadré par un professionnel, partout dans le monde et sans surprime.

Le cas de l’IPT (invalidité permanente totale) a été longuement réfléchi pour arriver à une nouvelle définition, plus juste. C’est la profession exercée par l’assuré au moment du sinistre qui est prise en compte pour apprécier l’invalidité professionnelle sans plus tenir compte des possibilités de reclassement dans une autre profession.
De plus, en cas d’IPT, Alptis rembourse le capital restant dû tandis que d’autres n’indemnisent qu’à hauteur des échéances du prêt.

La crise économique génère de nouvelles inquiétudes quant à la perte d’emploi, en particulier lorsqu’on s’est engagé à rembourser un prêt sur de longues années. La Protection Chômage Alptis propose un montant de garantie forfaitaire valable tant pour un licenciement économique (y compris rupture à l’amiable pour motif économique), que pour un licenciement pour inaptitude suite à une maladie ou à un accident, ou en cas de démission pour suivre le conjoint lui-même forcé de déménager pour exercer un nouvel emploi.
Au moment de souscrire, l’assuré décide du montant de sa couverture, un forfait allant de 100 € d’indemnisation mensuelle au montant de l’échéance du prêt, et de la durée d’indemnisation de 12 ou 18 mois par période de chômage.