Assurance / Économie : Christine Lagarde demande à l’Inde de libéraliser son marché

La ministre française des Finances Christine Lagarde a demandé lundi à l’Inde de libéraliser davantage son marché, notamment dans le secteur de l’assurance et du commerce de détail, pour accroître le volume des investissements français dans le pays.

Sur la période 2008-2012, les entreprises françaises auront investi près de 10Mds d’euros en Inde, a rappelé la ministre lors d’un forum franco-indien des entreprises à New Delhi, dans le cadre de la visite de quatre jours en Inde du président Nicolas Sarkozy.

« Mais cela peut être beaucoup plus. Dans les secteurs des assurances et du commerce de détail, si l’Inde peut libéraliser ces secteurs, les entreprises françaises pourront étendre leurs activités », a déclaré Christine Lagarde. Ces deux secteurs, très protégés en Inde, sont soumis à des restrictions concernant les investissements étrangers.

Dans les assurances, le plafond d’investissements directs étrangers (IDE) dans les assureurs privés indiens est limité à 26%. Le parlement devrait prochainement examiner une loi pour porter cette part à 49%. Les assureurs étrangers attendent aussi de pouvoir fournir leurs produits au 1,1Md d’Indiens, dont l’écrasante majorité n’a ni couverture d’assurances ni retraites.

Dans le secteur de la grande distribution, la législation indienne est aujourd’hui extrêmement contraignante. Le pays a consenti en 2006 à autoriser les investissements étrangers à hauteur de 51% mais seulement dans les enseignes à marque unique, comme par exemple Reebok ou Nokia.

La loi les autorise à passer des accords de franchise avec des groupes locaux, à condition de trouver des partenaires fiables. Le géant de la grande distribution Carrefour a obtenu d’ouvrir un premier magasin de gros en Inde mais il n’a pas encore réussi à ouvrir d’hypermarchés, dans un pays fort d’une classe moyenne de quelque 300 millions d’habitants.