Réforme : L’Etat taille dans les aides à l’assurance récolte, au grand dam des agriculteurs

Les aides publiques à l’assurance récolte, dont le bilan financier a été critiqué par la Cour des comptes, ont subi une réduction de près de 25%. Les agriculteurs accusent le coup. 

Les agriculteurs (FNSEA, Jeunes Agriculteurs, les Chambres d’Agriculture et la Confédération nationale de la mutualité, de la coopération et du crédit agricole) protestent contre la baisse d’environ 25% de l’enveloppe publique consacrée à l’assurance-récolte.

Le 12 juin, le gouvernement a annoncé une baisse de sa dotation à l’assurance-récolte passant de 100M à 77,2M d’euros. Ces fonds permettent de subventionner les primes d’assurances à hauteur de 65%. Un objectif qui ne pourra pas être atteint cette année, assure la FNSA dans un communiqué.

Depuis 2005, l’Etat encourage une prise en charge plus grande par les assureurs des risques climatiques pesant sur les agriculteurs, en leur octroyant cette enveloppe. Mais les comptes n’y sont pas. En avril de cette année, la Cour des comptes a dressé un bilan très mitigé du système, regrettant un manque d’effort des assureurs et “de transparence sur les déterminants des tarifs fixés depuis 2005″.

27% des cultures assurées

Seulement environ 27% des surfaces agricoles (grandes cultures et viticulture) étaient couvertes en 2011 par des assurances multirisques climatiques pour les récoltes, selon le ministère de l’Agriculture.

Mais, dans leur communiqué commun, les agriculteurs déplorent que la coupe budgétaire dans l’assurance-récolte intervienne brutalement, dans une période difficile, alors que “les accidents climatiques se succèdent, que les agriculteurs sont massivement victimes des inondations, de la pluie incessante et du manque d’ensoleillement qui détruisent jour à jour les cultures, et que  les animaux manqueront bientôt de fourrage”.