Agnès Buzyn : « Le tiers payant sera généralisé »

Connection timed out after 5001 milliseconds

La ministre de la Santé a annoncé que le tiers payant sera bel et bien généralisé. Agnès Buzyn attend le rapport de l’Igas pour corriger certains problèmes techniques et déterminer le calendrier d’application.

Alors qu’Emmanuel Macron avait proposé dans son programme électoral de rendre le tiers payant « généralisable », la ministre de la santé a annoncé ce matin sur le micro de France Inter que « le tiers payant sera généralisé parce que c’est une question d’équité et d’accès aux soins. Beaucoup de français renoncent à se faire soigner parce qu’ils ne veulent pas avancer l’argent chez leur médecin. C’est donc impératif d’aller vers un tiers payant généralisé ».

La mise en place de l’avance de frais sur la partie prise en charge par la Sécurité sociale se heurte à la résistance de certains médecins. « Aujourd’hui, nous regardons la mise en œuvre de ce tiers payant qui pose des problèmes techniques et nous souhaitons que les médecins trouvent une facilité dans ce tiers payant, et pas une difficulté supplémentaire. Nous avons besoin de leur donner du temps médical plutôt que du temps administratif », a affirmé la ministre.

Si l’objectif d’Agnès Buzyn est clair, les moyens d’y parvenir restent à définir. Elle a confié une mission à l’Inspection générale des affaires sociales (Igas) sur « la faisabilité technique » du tiers payant généralisé et attend son rapport qui sera remis en septembre pour déterminer le calendrier et la mise en application précise de cette mesure impulsée par le précédent gouvernement.

Concernant le zéro reste à charge sur les lunettes et les prothèses dentaires et auditives, Agnès Buzyn e a affirmé que « c‘est un sujet complexe qui nécessite de travailler avec tous les acteurs de la filière, que ce soit les complémentaires santé, mais également les fabricants de lunettes et les professionnels. Nous allons travailler filière par filière pour définir un panier de soins minimal pour permettre à tout un chacun d’avoir des soins de qualité ». Concernant le calendrier, la ministre n’est pas pressée : « Les travaux commenceront en septembre et nous nous donnons tout le quinquennat pour y arriver », affirme-t-elle.