Chronique / Assurance-vie : Afer, une assemblée générale sans surprise et une seconde procédure pénale ouverte

Notre chroniqueur Eric Leroux revient cette semaine sur l’Assemblée générale de l’Afer qui s’est déroulée sans grande surprise…

Il se passe rarement quelque chose à une assemblée générale de l’Afer. Celle qui s’est déroulée mercredi soir à Nantes n’a pas échappé à la règle, malgré la nouveauté que constituait la présentation de résolutions présentées par trois groupes d’adhérents, emmenés par des courtiers historiques de l’association.

Sans surprise, celles-ci ont toutes été rejetées, alors que celles présentées par le conseil d’administration ont recueilli des scores allant de 86 à 90 % des voix. Rien d’étonnant en réalité, puisque le président de l’association dispose généralement de 60 à 70 % des voix sous forme de pouvoirs et il avait appelé à rejeter toutes les propositions de ses « contestataires ».

Ce qui a donné lieu à un résultat ubuesque : la résolution introduisant un arbitrage gratuit par an proposée par le conseil d’administration a recueilli 98 % des suffrages ; l’autre exactement identique déposée par le groupe de Jean-Charles Guyard (le président du syndicat des apporteurs de l’Afer) a été tout simplement rejetée…

François Nocaudie, porte-voix de SOS Principes Afer, qui a pu intervenir devant une salle sensible à ses propos, y a révélé qu’un nouveau front pénal s’ouvrait avec « la reprise de l’instruction de la deuxième procédure sur les accords cachés d’augmentation non contractuelle des frais de gestion ». Une affaire qui vise Gérard Athias et les anciens dirigeants d’Aviva, signataires d’un accord qui, selon François Nocaudie, aurait privé « 500.000 adhérents de plusieurs centaines de millions ». Un dossier sur lequel l’association ne s’est jamais prononcée.

L’assemblée générale, qui n’a réuni que quelques centaines de personnes (contre plusieurs milliers lorsqu’elle se déroule à Paris) s’est terminée sans un verre à boire pour les adhérents qui avaient fait le déplacement, contrairement à la tradition. L’Afer n’est plus ce qu’elle était…