Acquisition : L’OPA de Ramsay et Crédit Agricole Assurances sur la Générale de Santé menacée

Deux actionnaires minoritaires de la Générale de Santé envisagent de déposer une offre publique d’achat (OPA) sur le groupe de cliniques, ce qui viendrait contrecarrer l’offre lancée en mai par l’australien Ramsay Health Care associé aux assurances du Crédit Agricole et à laquelle avaient consenti les actionnaires de contrôle.

L’annonce lundi par SCA Attia Villard Fribourg et Rainbow Santé intervient à quelques jours de la fin de la période d’exclusivité accordée par les actionnaires de contrôle, Santé SA et Santé Developpement Europe SAS, aux repreneurs potentiels que sont le gestionnaire australien de cliniques Ramsay Health Care, Crédit Agricole Assurances (Predica) et leur filiale commune Ramsay Santé.

SCA Attia Villard Fribourg et Rainbow Santé prennent acte dans un communiqué de l’annonce le 12 mai dernier de l’offre conjointe non engageante des trois repreneurs potentiels pour acquérir l’intégralité des titres détenus par les actionnaires de contrôle, représentant à 83,43% du capital de la Générale de Santé.

Mais les deux partenaires, qui détiennent 11,09% de la Générale de Santé, indiquent qu’ils vont demander “dans les jours qui viennent” un accès équivalent à l’information du groupe que celui dont ont bénéficié Ramsay et Crédit Agricole Assurances. Et ce “afin de pouvoir être en mesure d’examiner la possibilité de déposer une offre dans les meilleurs délais à l’ensemble des actionnaires de la société Générale de Santé à un prix unitaire supérieur à celui offert par Ramsay Health Care, Crédit Agricole Assurances et Ramsay Santé”.

Les actionnaires de contrôle avaient accordé une période d’exclusivité jusqu’au 6 juin à Ramsay et Crédit Agricole Assurances pour leur permettre de formuler une offre à 16,75 euros par titre, représentant une valorisation de 945M d’euros. Si un accord devait être trouvé, les acquéreurs lanceraient alors une offre publique d’achat sur le solde du capital, comme l’impose la réglementation boursière pour les sociétés cotées.

Les actionnaires de contrôle, Santé SA et Santé Developpement Europe SAS, sont deux sociétés respectivement contrôlées par le docteur italien Antonino Ligresti et la famille Agostini. Générale de Santé est leader de l’hospitalisation privée en France, avec 19.000 salariés dont 7.000 infirmiers et 4.000 aides soignants, dans 75 établissements et centres. Le groupe a enregistré un bénéfice net de 111,3M d’euros en 2013, en hausse de 99,8%, grâce à plusieurs cessions.

En revanche, le chiffre d’affaires et le résultat opérationnel du groupe ont reculé l’an dernier, de respectivement 3,1 et 9,4%. Des tendances qui se sont poursuivies lors du premier trimestre 2014.