Accord : Axa et AMP entérinent le partage de Axa Asia Pacific Holdings

    L’assureur Axa et le groupe australien AMP ont trouvé un accord pour se partager Axa Asia Pacific Holdings (Axa APH), ouvrant la voie à la conclusion de cette opération début 2011, ont indiqué lundi les deux parties dans des communiqués distincts.

    Cet accord permet “à Axa d’acquérir 100% des activités asiatiques d’Axa APH auprès d’AMP, à la suite de l’acquisition de 100% d’Axa APH par AMP”, explique l’assureur français, qui détient actuellement 53,9% de sa filiale. L’opération se fera en deux étapes. D’abord, AMP et Axa APH fusionneront, puis AMP cèdera les activités asiatiques d’Axa APH à Axa, qui se désengage ainsi de Nouvelle-Zélande et d’Australie.

    Le vote des actionnaires d’Axa APH devrait intervenir fin mars 2011, ce qui permettra de finaliser “rapidement” l’opération, une fois obtenu l’aval des régulateurs, prévu au premier trimestre. L’offre de l’australien AMP a recueilli le soutien unanime des administrateurs d’Axa APH avait indiqué ce dernier le 18 novembre.
    AMP a déjà reçu en outre l’autorisation de réaliser l’opération de la part des autorités de la concurrence australienne (ACCC) et néo-zélandaise (New-Zealand Commerce Commission). Reste à obtenir l’accord des organes gouvernementaux, l’Australian Federal Treasurer et le New Zealand Investments Office ainsi que de certains régulateurs asiatiques.

    “Cela paraît bien embarqué maintenant que les documents de l’accord ont été déposés”, juge un analyste parisien spécialiste du secteur. “Concernant les détails, il n’y a rien de nouveau. On connaît l’accord depuis quinze jours”, observe-t-il. L’assureur français indique en effet que les termes et conditions de la transaction sont ceux annoncés le 15 novembre, selon lesquels AMP propose 6,43 dollars australiens par action, en cash ou en action AMP, pour racheter Axa APH, ce que confirme AMP dans son communiqué.

    L’offre de la compagnie australienne d’assurances et de gestion de patrimoine valorise désormais Axa APH à 13 milliards de dollars australiens (9,3 milliards d’euros). AMP avait auparavant été contraint de relever sa proposition après que la précédente offre de 6,22 dollars par action avait été rejetée en décembre 2009 par Axa APH, estimant que l’offre en numéraire était trop faible. Ce premier échec avait amené le conseil d’administration d’Axa APH à préférer une offre concurrente, à savoir la proposition de NAB, troisième banque d’Australie, qui intégrait une option intégralement en numéraire.

    Or, à la mi-septembre, NAB avait annoncé retirer son offre de 12,4 milliards de dollars américains (9,6 milliards d’euros), après l’avis défavorable du gendarme australien de la concurrence.

    Grâce à cette opération, “l’exposition au marché asiatique de l’assurance vie” doublera pour Axa, selon les mots du PDG de l’assureur français Henri de Castries, cité dans le communiqué.

    Pour financer le rachat des activités asiatiques d’APH ainsi que d’autres opérations, Axa a déjà procédé, en novembre 2009, à une augmentation de capital de deux milliards d’euros.

    Les investisseurs accueillaient sans surprise les informations de lundi. Le titre AMP a perdu 0,39% à 5,09 dollars australiens et Axa APH 0,32% à 6,18 dollars à la clôture à la Bourse de Sydney. De son côté, Axa grignotait 0,12% à 11,90 euros vers 11H20 (10H20 GMT) à la Bourse de Paris.

    Paris, 29 novembre 2010 (AFP)